Info

Eric Flammang coupable d'assassinat, Marianne Lejeune réclame 28 ans minimum

Eric Flammang coupable d'assassinat, Marianne Lejeune réclame 28 ans minimum
 Publié le mardi 29 juin 2021 à 12:25 - Mis à jour le mardi 29 juin 2021 à 16:23    Arlon - Province - Virton


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


En répondant « Oui »  à la première question et « Oui » à la question subsidiaire sur la préméditation, le jury de la cour d’assises du Luxembourg a reconnu la culpabilité de l’accusé retenant l’homicide volontaire et la préméditation. Pour le jury, Eric Flammang est donc coupable d’assassinat sur la personne de Raymond Lochet, le 27 février 2017.

Dans sa justification, le jury  a récapitulé l’ensemble des faits évoqués durant les six premiers jours du procès, ne laissant aucun élément à charge de côté.

Les débats sont suspendus jusqu’à 13h45 où l’avocat général, Marianne Lejeune, et la défense prendront la parole pour les débats sur la peine. Après avoir entendu réquisitoire et plaidoirie(s), les jurés se retireront à nouveau pour déterminer, avec la cour, cette fois, la peine à laquelle ils condamnent le coupable. Pour assassinat, Eric Flammang risque la perpétuité.

Durant six jours, l’accusé est apparu comme un matamore, laissant les excuses et les regrets pour le dernier instant (ce matin). Une attitude qui ne lui a pas réussit.

Cet après-midi, dans son réquisitoire sur la peine, l'avocat général, Marianne Lejeune a rappelé que la victime n'avait eu droit, de la part de son assassin, à aucune circonstance atténuante. Elle s'emporte à la fin «Je protège la société face à des gens comme vous qui s’arrogent le droit de donner la mort alors que plus personne ne peut prononcer cette condamnation.» Elle conçoit que les jurés puissent trouver des circonstances atténuantes à l'accusé mais elle leur demande instamment de ne pas descendre sous une peine de 28 ans de réclusion.

Comme circonstances atténuantes, la défense, par la voix de Me Luc Balaes retient l'absence d'antécédents judiciaires, la composition familiale, l'état de santé de leur client (pensionné à 44 ans suite à une neuropathie consécutive à une exposition aux métaux lourds) ainsi que les interactions psychologiques : non reconnu par son père qui paya cependant une pension alimentaire mais sans jamais souhaiter le rencontrer, Erik Flammang a aussi rencontré des difficultés relationnelles avec son beau-père au point qu'il fut placé en famille d'accueil.

Me Kauten affirme ensuite que jamais son client n'aurait dû signer ce contrat de viager. "C'est à partir de là que la situation a changé. N'ayant pas eu de père, il a cherché un père de substitution qu'il rencontre chez Raymond Lochet." Rappelant l'enquête de moralité, l'avocat demande aux jurés de lui laisser une chance de pouvoir retourner auprès de sa famille et de ses enfants. Il demande une peine sous les 28 ans, laissant les jurés libres d'apprécier.

Eric Flammang ponctue en affirmant qu'il accepte sa condamnation et compte vivre sa détention le mieux possible mais espère retrouver sa famille par la suite. Les jurés sont entrés en délibération à 14h50.

 David Pierson





Voir aussi ...