Politique

Le bourgmestre de Hotton, Jacques Chaplier, démissionne

Le bourgmestre de Hotton, Jacques Chaplier, démissionne
 Publié le jeudi 23 décembre 2021 à 16:02 - Mis à jour le vendredi 24 décembre 2021 à 11:49    Hotton

Selon ses propres mots, Jacques Chaplier a décidé de "tourner la page après 33 ans d’engagement pour Hotton". Une décision qui s'explique par des raisons médicales qui ont fini par convaincre le mayeur de prendre du repos.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Décidément l'année 2021 aura vu beaucoup de départs dans les collèges communaux de la province. Cette fois, c'est le bourgmestre Jacques Chaplier qui a décidé de se retirer. Il s'en explique longuement dans un communiqué que nous publions ci-dessous.
Notons que selon le code de la démocratie locale, le mayorat revient à la personne ayant le plus de voix sur la liste la plus forte de la majorité. Sur base de ce principe c'est la présidente du CPAS, Marie-Anne Benne qui pourrait ceindre l'écharpe mayorale. On se souviendra qu'elle avait choisi récemment de quitter son groupe tout en conservant sa place au Collège, une situation pour le moins inhabituelle. Interrogée par nos soins, Marie-Anne Benne nous dit vouloir "prendre le temps des fêtes pour y réfléchir et en parler avec ma famille". Idéalement la décision devrait être prise avant le prochain conseil communal qui aura lieu fin janvier.

Le communiqué de Jacques Chaplier

Chers Hottonais et Hottonaises,

C'est avec un mélange d’émotion, de fierté, de tristesse, de détermination et de gratitude que je rédige ce courrier.  J’ai en effet décidé de quitter la scène politique communale de Hotton.

Cette décision repose sur les souhaits exprimés par ma famille et rejoint les avis médicaux de spécialistes consultés à la suite d’ennuis de santé récents : une réduction de mon niveau d'activité est absolument indispensable.

L’émotion, c'est le coup d'œil dans le rétroviseur et le regard sur toutes ces 33 belles années d'engagement politique local. Me mettre au service de la population hottonaise, tant en minorité qu’en majorité, aura été un privilège. Je suis entré en politique à l’occasion des élections communales de 1988. J’ai rejoint le groupe Entente Communale que Raymond Gilloteaux et Pierre Villers avaient mis sur pied une dizaine d’années plus tôt lors de la fusion des communes. La convivialité et le service aux citoyens ont toujours été la ligne de conduite de ce groupe, dans lequel j’ai côtoyé des personnes extraordinaires qui ont mis leur temps, leur talent et leur cœur à votre service.  

La fierté, c’est celle de voir les nombreux projets réalisés, d’abord en tant que président du CPAS début des années 90, puis ces 9 dernières années.

Lors des élections d'octobre 2012 et avec l’appui fidèle et correct du groupe Union, nous avons repris le pouvoir et j'ai eu l'insigne honneur de devenir bourgmestre. Ce mandat et cette alliance ont été renouvelés après les élections de 2018. Ces 9 années de mayorat ont été menées tambour battant au vu de nombreuses actions concrétisées, dont je partagerai le bilan à mes concitoyens en fonction de l’agenda de départ, encore à préciser.

La tristesse, c’est de constater à quel point mes 2 dernières années en tant que bourgmestre ont été éprouvantes, pour ne pas dire éreintantes. Il y a eu les impondérables majeurs : la crise du Covid (qui depuis mars 2020 mine notre vie sociale) et les inondations catastrophiques de juillet 2021. Et il y a eu le début du chantier de rénovation du cœur de Hotton : un superbe projet de revitalisation, dont on ne peut nier que la mise en œuvre représente une période compliquée pour votre mobilité.

Ces 3 événements ont été particulièrement difficiles à vivre et j’ai été particulièrement touché par les difficultés répétées et cumulées des concitoyens. Ajoutez à cela des ennuis de santé récents, et vous comprendrez qu’une réduction de mes activités s’impose. La médecine (après 43 années) autant que la politique (après 33 années) restent des passions intactes. Le choix a été cornélien, mais ma conclusion est que la page à tourner aujourd’hui est celle de la vie politique.

J'ai vécu des moments exceptionnels en veillant à mettre l'intérêt de mes concitoyens au centre de toutes mes actions. Je l’ai fait avec mes valeurs, avec les qualités que j’estime centrales dans la vie publique (honnêteté, justice, solidarité, transparence, don de soi)... et avec mes défauts, aussi ! Je n’aurai évidemment pas plu à tout le monde, mon style et mon franc-parler ont pu déplaire, mais j’ai toujours été entier et fidèle, dans mes décisions, à ce que je considérais être l’intérêt général. 

La détermination, c’est que perdure après moi un collectif qui va continuer à s’engager pour votre intérêt, mener à bien les dossiers en cours et travailler dans la continuité des ambitions qui sont les nôtres depuis 9 ans. Je pars avec la conscience tranquille en laissant une situation financière saine, agrémentée de beaux projets qui viennent d’ailleurs d'être présentés au conseil communal lors de l'élaboration du budget ce 21 décembre.

Une autre grande satisfaction est de céder ma place de conseiller communal à un jeune : Martin Warnier qui, je n'en doute pas, saura allier efficacité, générosité et innovation dans son travail.

La gratitude, enfin. Après les élections d'octobre 1988, très vite, le groupe Entente Communale m’a offert l’opportunité d’exercer la fonction de président de CPAS. Ce premier mandat au service des Hottonais aura duré 3 ans et a été cédé à Emile Durieux à mi-chemin, dans le respect des accords post-électoraux entre partenaires de majorité. Jean-Henry Dewez faisait d’ailleurs de même en cédant le mayorat à Raymond Gilloteaux : je suis fier, à postériori, du respect scrupuleux de la parole donnée.

Je tiens à remercier mes coéquipiers de l'Entente Communale : contrairement à certaines affirmations répandues récemment, notre collaboration a toujours été franche et sereine.

Je remercie également le groupe Union pour la fidélité à ses engagements au sein d'une majorité où règne une bonne atmosphère de travail : je n’ai jamais rejoint les réunions du Collège avec des pieds de plomb et j’en suis toujours sorti avec des accords correctement négociés et appliqués. Je place beaucoup d’espoir dans l'avenir de la collaboration de ces deux groupes tout en leur souhaitant un plein succès.

Je remercie aussi vivement l'ensemble du personnel communal. Merci à la Directrice Générale, à la Directrice Financière et à tous ceux qui, de près ou de loin, gravitent autour de la commune pour le bien-être des citoyens : le Service travaux, le CPAS, le RSI (Tourisme), le Centre culturel et la Bibliothèque, l’EPN sans oublier et la Police locale (lourdement mise à contribution par la pandémie Covid et par les travaux).

Je souhaite le meilleur à celle/celui qui me succèdera. 

Jacques Chaplier

Décembre 2021.

 




Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus