Info

Montleban: le moulin Massard doté d'une nouvelle roue fabriquée par une menuiserie de Ourthe

video loading
loading video
 Publié le vendredi 23 juillet 2021 à 15:20 - Mis à jour le vendredi 23 juillet 2021 à 15:25    Gouvy

Après plus de 60 ans d'arrêt, le moulin de Montleban dans la commune de Gouvy a une nouvelle roue depuis peu. Un très bel ouvrage fabriqué par la menuiserie Schmitz de Ourthe. Si l'objectif premier des propriétaires était de conserver le patrimoine, leur but est également de fabriquer de la farine dans les prochains mois.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Ce lundi 12 juillet, marque le début d'une renaissance pour le moulin Massard à Montleban. A l'arrêt depuis la fin des années 50, le moulin familial s'apprête à tourner de nouveau. L'équipe de la menuiserie Schmitz de Ourthe assemble tous les éléments de la nouvelle roue. La roue est arrivée en plusieurs morceaux. "C'est un magnifique travail! Le travail d'une vie, vraiment chouette! C'est un beau projet que Jean-Marie Massard nous a confié" lance Stéphane Schmitz, contre-maître pour la menuiserie Schmitz à Ourthe.

"Cela fait 60 ans que l'on attendait cela", confie Jean-Marie Massard, l'un des petit-fils du dernier meunier de Montleban. C'est lui qui est à l'origine de cette restauration.
Ce moulin date de 1545 et appartient à la famille Massard depuis 1872. Si l'objectif premier était de conserver ce patrimoine dans la famille depuis 4 générations, l'intention des Massard est aussi maintenant de faire de la farine l'hiver prochain.

C'est l'Awap, l'agence wallonne du patrimoine qui a conseillé la famille, effectué les relevés techniques et soutenu la restauration à hauteur de 7500 euros. Mais rien que pour le hêtre massif, c'est déjà 10.000 euros de matière première. Un crowdfunding sera lancé prochainement pour soutenir le projet. La contre-roue doit aussi être refaite à l'identique et de nombreuses pièces restaurées avant de moudre le premier grain. Le grand-père Emile serait fier aujourd'hui. La fierté se lit sur les visages des menuisiers car la pose se déroule à merveille. Pendant une dizaine de jours, deux ouvriers aidé d'une machine à commande numérique ont fabriqué cette roue de 2m60 de diamètre et d'1m25 de large. 

La pose se déroule sous les yeux attentifs de la 5ème  et de la 6ème génération. Celles qui permettront peut-être de redonner vie à la seconde roue du moulin non pas pour  moudre l'alimentation du bétail comme dans le temps mais bien pour produire de l'électricité. Un autre rêve qui pourrait devenir réalité.


Christelle Collin