Plainte de Guy Maréchal contre TV Lux : non fondée dit le CDJ

Plainte de Guy Maréchal contre TV Lux : non fondée dit le CDJ
 Publié le lundi 14 septembre 2020 à 13:10 - Mis à jour le lundi 14 septembre 2020 à 19:14    Province - Tintigny

On vient de l'apprendre ce lundi: dans un avis adopté le 9 septembre, le Conseil de Déontologie Journalistique a déclaré “non fondée” la plainte déposée par Guy Maréchal à l’encontre de TV Lux et ses journalistes Nicolas Lefèvre et Christelle Collin. 

Pour le CDJ, TV Lux a assuré son travail en toute indépendance, loyauté, et s’est montrée attentive au droit des personnes.

Dans son JT du 19 septembre 2018, en pleine crise PPA, TV Lux avait diffusé une interview du président d’Inter Environnement Wallonie de l’époque. Dans cette interview, Marc Bussers  soulignait les conséquences de la pratique du nourrissage des sangliers sur leur densité et épinglait la responsabilité des chasseurs dans la crise de la PPA qui touche la Gaume. Marc Bussers s’étonnait en outre que le président du Conseil cynégétique de Gaume et administrateur du Royal Saint Hubert Club puisse s’exprimer abondamment sur la crise en cours “alors qu’il a été et serait encore  incriminé dans ce genre de questions”. Et il concluait en faisant part de son indignation devant la demande d’indemnisation des chasseurs pour la non-jouissance du droit de chasse.

Avant diffusion de cette séquence, TV Lux avait, comme elle en a l’habitude, sollicité la réaction du président du Conseil cynégétique de Gaume : à la sortie d’une conférence de presse donnée sur la crise de la PPA, Guy Maréchal s’était entretenu longuement avec le journaliste de TV Lux et, devant la caméra, avait refusé à plusieurs reprises de répondre aux accusations portées à son encontre et déclaré préférer attendre leur diffusion avant de réagir sur antenne. Le ton était alors cordial.

Mais comme seules réactions de Guy Maréchal, TV Lux recevra par la suite un double dépôt de plainte.  La première au CDJ, qui vient donc de trancher en faveur de TV Lux. 

La seconde plainte, introduite devant le tribunal civil d’Arlon, vise à obtenir des dommages et intérêts: elle sera examinée à l'audience du 4 novembre prochain.

 







Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris