Social

La COLUXAM diffuse quelques 250 affiches en soutien aux sans-papiers

video loading
loading video
Photo d'illustration
 Publié le lundi 20 décembre 2021 à 13:22 - Mis à jour le lundi 20 décembre 2021 à 16:29    Arlon - Aubange - Erezée - Florenville - Habay - Marche-en-Famenne - Paliseul

Entre ce dimanche et ce lundi, dans une dizaine de villes belges, quelques 1.600 affiches et 5.000 accroches portes ont été disposés sur des lieux de passage. Une manière, pour les militants, d'attirer l'attention des citoyens sur la situation des sans papiers. Objectif : déposer une proposition de loi d'initiative citoyenne.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Liège, Louvain, Gand, Namur, Bruxelles, Anvers, Charleroi, Mons... autant de grandes villes qui ont reçu la visite de sympathisants de la campagne "In My Name". Il s'agit d'un mouvement qui souhaite alerter l'opinion publique sur la situation actuelle des sans papiers. Chez nous aussi, à Érezée, Arlon, Aubange, Paliseul, Florenville ou encore Marche-en-Famenne, quelques affiches et accroches-portes ont été disposés un peu partout. La COLUXAM, la coalition luxembourgeoise Asile et Migrations, était à la manœuvre. 

"Cela nous semblait important  de mener aussi l’action en province de Luxembourg. Nous avons notamment diffusé quelques 250 affiches et accroches portes. C’est un enjeu national, qui touche des dizaines de milliers de personnes sans papiers partout sur le territoire. La situation actuelle est inacceptable" - COLUXAM

Récolter 25.000 signatures

Sur les supports visuels, on pouvait notamment retrouver le lien vers le site web de la campagne "In My Name". Pour pouvoir déposer une proposition de loi d'initiative citoyenne auprès du parlement fédéral, 25.000 signatures devront être récoltées. Selon les militants, l'objectif est double. D'une part, cela permettra effectivement de déposer cette proposition, mais, d'autre part, elle montrera que de nombreuses personnes sont prêtes à soutenir le combat mené par les militants. 

"4 ans après l’action #NotInMyName qui dénonçait déjà  la politique la migratoire et qui avait suscité un  très fort engouement, nous voulons remettre le couvert et rappeler que rien n’a changé. Les décisions politiques sont toujours inhumaines, arbitraires et meurtrières. Nous voulons aussi affirmer qu’il y a moyen de changer les choses. La proposition de loi citoyenne pour la régularisation est une piste concrète. En tant que citoyen, nous avons de nombreux levier d’action", précise Sarah, l'une des participantes à l'action.


Nicolas Guidi





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus