Economie

Année européenne du rail. Le Terminal container d'Athus bientôt connecté à Mont-Saint-Martin (France)

video loading
loading video
 Publié le jeudi 27 mai 2021 à 16:18 - Mis à jour le jeudi 27 mai 2021 à 17:13    Aubange

2021 est l'année européenne du rail. Ce jeudi, la représentation de la commission européenne en Belgique, Infrabel et le cabinet du Ministre de la mobilité Georges Gilkinet ont choisi le Terminal container d'Athus pour lancer cette année thématique. Un endroit symbolique, aux trois frontières. Un site clé pour le fret, le transport de marchandises, ferroviaire européen.

Le site du Terminal container d'Athus est en travaux. Une ligne directe, vers la France, est en cours de finalisation. De quoi interconnecter Belgique et France. Voilà qui rejoint les objectifs de la commission européenne et de la Belgique. Elles veulent placer le rail au cœur de la mobilité de demain. Enfin diront certains... Et cela concerne les voyageurs comme le transport de marchandises. "L'avenir, c'est le rail, c'est ce qui nous réunit aujourd'hui." Les mots sont du Ministre de la Mobilité Georges Gilkinet. Il a expliqué l'ambition commune avec l'Europe de redonner un coup de "boost" au rail: "C'est un enjeu majeur pour le gouvernement belge qui veut en faire la colonne vertébrale de son plan de mobilité. »

1 train = 50 camions sur la route

L’objectif des investissements belges et européens futurs sera de permettre le transfert du fret, le transport de marchandises, de la route vers le rail. Et quand on sait qu’un train peut assurer le transport réalisé par cinquante camions, on comprend mieux l’enjeu climatique derrière ce changement. Pour cela, l’Europe veut améliorer les réseaux ferroviaires. Elle vise plus particulièrement les connexions manquantes entre les pays, comme celle entre Athus et Mont-Saint-Martin, en cours de réalisation sur le site du Terminal container athusien.

Athus : « Une porte maritime à 250 kms de la mer »

Adina Valean, Commissaire européenne en charge de la politique des transports, a découvert l’endroit ce jeudi : « C’est une véritable porte maritime. On n’imagine pas qu’il n’est situé qu’à 250 kilomètres de la mer ! C’est un port sec. 500.000 containers transitent par ici chaque année. Il y a une nécessité d’avoir des infrastructures ferroviaires connectées. L’intervention européenne doit permettre d’achever la liaison transfrontalière avec la France et connecter directement le terminal avec la France. »

Les travaux devraient se terminer cet été. Le premier train passera, officiellement, sur cette ligne lors de son inauguration au mois de septembre.

S. BOUDOU