Hôpitaux. Vers une fusion entre Bastogne et Libramont ?

 Publié le vendredi 12 fevrier 2021 à 18:39 - Mis à jour le vendredi 12 fevrier 2021 à 18:55    Bastogne - Libramont - Marche-en-Famenne

 Ça bouge au sein des hôpitaux de Vivalia. Ce jeudi, le CA de l'intercommunale hospitalière a présenté un projet de fusion entre les entités de Bastogne et Libramont. L'hôpital bastognard quitterait donc la structure administrative de Marche pour un nouveau pôle : le centre hospitalier centre ardenne.

Dans un communiqué de presse publié ce jeudi, Vivalia détaille ce plan de redéploiement de l’activité qui prévoirait sur Bastogne :


- Le développement de l’activité médicale consolidant l’attractivité via notamment un renforcement des consultations

- Le maintien des services de chirurgie et de gériatrie

-Le maintien d’un service CD avec intégration des lits HP dans un premier temps

-Le maintien des lits à caractère intensifs sous forme de middle care

Le maintien du SUS (Service d’Urgence Spécialisée)

-La transformation du SMUR en PIT.

 
L'objectif de cette fusion serait de "stopper la baisse d’activité constatée à Bastogne ces deux dernières années et la redévelopper pour maintenir et renforcer une offre de soins dans le nord-est de la province" explique Vivalia.

 

Marche-en-Famenne de son côté, obtiendrait la création de 24 lits de gériatrie, l'ouverture d'une unité de 20 lits de revalidation et la création d'une unité de soins palliatifs.


Une polyclinique à Barvaux

Plus étonnant, le Dr Neuberg, directeur général aux affaires hospitalières à l'origine du rapport, évoque la création d'une polyclinique dans la région de Barvaux sur Ourthe.
Objectif : ramener des patients vers l'hôpital marchois durement concurrencé par les voisins namurois et liégeois. Un hôpital lié à Bastogne mais qui attire peu les patients du centre-ardenne, son bassin de vie étant plutôt orienté vers la région de Rochefort et Somme-Leuze.


Sur papier, le plan présenté jeudi se traduirait par une économie de plus de 2 millions d'euros par an. Reste à voir si ces mesures auront l'effet escompté.

La proposition est entre les mains des conseils médicaux qui doivent se prononcer pour le prochain conseil d'administration de Vivalia, le 2 mars prochain.

 

 






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus