Politique

Yves Evrard : "je continuerai à travailler pour la commune de Neufchâteau"

Yves Evrard : "je continuerai à travailler pour la commune de Neufchâteau"
 Publié le mercredi 20 octobre 2021 à 15:04 - Mis à jour le mercredi 20 octobre 2021 à 15:32    Neufchâteau

Au lendemain d'une attaque cinglante à son égard par l'ex-bourgmestre Michèle Mons Delle Roche, Yves Evrard répond aux critiques. Il réfute avoir voulu "tirer les ficelles" mais au contraire souhaité partager le pouvoir de manière la plus large possible au niveau de l’équipe communale.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Suite aux critiques émises à son encontre depuis vendredi, et plus particulièrement celles de Michèle Mons Delle Roche que nous avons relayées ce mardi, Yves Evrard a décidé de publier une réponse détaillée.

Michèle Mons Delle Roche l'a dit hier, elle est convaincue que la tête de liste de 2018-2019 n'a jamais souhaité ceindre l'écharpe mayorale, lui préférant le siège de député. Elle l'accuse aussi d'avoir voulu tirer les ficelles dans l'ombre.

Voici la réponse d'Yves Evrard aux critiques des conseillers indépendants
"Pour rappel, la mise en place de la nouvelle majorité s’est opérée en mai 2020 après plus de 500 jours soit une année et demi d’affaires courantes par rapport aux élections 2018. Il est faux d’affirmer que la volonté de départ dans mon chef était de rester parlementaire.  Lors de la confection de notre liste électorale de 2018, cette possibilité n’existait même plus (la fusion des arrondissements ayant scellé mon sort en tant que tête de liste aux élections régionales). Cette réalité n’est devenue effective que plus tard à travers une suppléance de septembre 2019.  Sans réécrire l’histoire j’étais donc prêt en 2018 à honorer la fonction, en août 2019 également. C’est en septembre 2019 seulement que j’ai été appelé en tant que suppléant à retrouver une fonction parlementaire. Aucune décision n’était encore connue pour Neufchâteau.

La question s’est naturellement et légitimement posée au lendemain de la validation des élections et ce, dans l’intérêt collectif.

Les éléments qui ont guidé ce choix - et que j’ai exposé effectivement avec conviction aux Présidents provincial et national - ont d’ailleurs été exposés publiquement et en toute transparence en conférence de presse.

  • Une situation compliquée sur le plan des finances communales qui nécessitait un soutien et des relais facilités au sein du GW et de la FWB.

  • Une volonté de ne pas renouveler l’opposition EVRARD -FOURNY aux avant-postes de la commune pour en apaiser le climat.

  • Ce choix permettait l’entrée en fonction d’une échevine PS pour retrouver un collège en phase avec les majorité régionale et fédérale.

  • Une courte législature (4.5 ans à la place de 6 ans) nous obligeant à préparer l’avenir.

  • L’accord accepté à l’époque (manifestement remis en question aujourd’hui) visait effectivement à passer le relais pour la prochaine législature à Monsieur Simon Defat en me mettant à titre personnel au service d’une plus jeune génération.

  • Cela permettait aussi d’installer une femme de caractère, notable et respectée, coach de surcroit.  Sans réelle expérience politique mais dont on pouvait penser qu’elle allait amener une autre image de Neufchâteau.

  • A titre subsidiaire, de permettre de rencontrer la volonté de Monsieur Bruliau d’accéder au poste de Président de conseil.

Il s’agissait donc contrairement à ce qui est affirmé de partager le pouvoir de manière la plus large possible au niveau de l’équipe communale et de permettre à chacun de rencontrer des objectifs espérés et de s’épanouir dans les fonctions respectives. Ce n’était manifestement pas suffisant encore pour certains !!!"

Je peux comprendre la fatigue, l’énervement et la pression. Le rôle de Bourgmestre est une fonction exigeante qui suppose une santé physique et mentale très solides. Les exemples sont nombreux, ces derniers mois, de renoncement d'échevins ou bourgmestres ne voulant pas mettre leur santé en péril. Je respecte profondément ce choix qui est le plus important.

Cette fonction, je la connais parfaitement pour l’avoir honorée pendant 6 ans je sais aussi qu’une majorité d’un siège demande une attention quotidienne, un respect mutuel et l’instauration d’un climat de confiance sans faille, sans amertume ni rancœur. Ceci a manifestement fait défaut au collège où cela devenait réellement invivable.

Je sais aussi parfaitement que dans telle situation, quel que soit le(a) Bourgmestre, la rupture de confiance d’un seul élu balaie effectivement l’édifice de la majorité entraînant dans sa chute celles et ceux qui se battent pour leurs convictions communales et qui en sont, d’un seul coup, les victimes.

Je n’en veux à personne, je connais la dure réalité de la vie politique, qui touche et affecte aussi les proches et les familles. Je le regrette. J’en appelle simplement à un peu plus de raison et à un sursaut de lucidité de chacun.

J’ai pris bonne note via les médias des intentions affichées (avant même de démissionner) du groupe indépendant, celles de « réfléchir à froid, d’analyser ensemble et sans tabous les différents problèmes et d’apporter une solution pérenne pour retrouver un nouveau souffle et mener à bien cette seconde partie de la législature { } de rester professionnel» comme chacun le confirme aujourd’hui.

C’est au cours des prochaines semaines qu’il s’agira de mettre ces promesses en phase avec les actes, certes dans une configuration différente mais qui sait, peut être salutaire. Enfin, chacun sait que pour émarger aux subsides, il est d’abord nécessaire d’élaborer et de monter des dossiers et non l’inverse) ce qui prend parfois des mois, des années.

Pour le reste je suis serein. Mes actes et mes gestes ont toujours été conformes avec les engagements pris à l’égard du groupe. Si c’est cela tirer les ficelles … alors oui, j’assume avec fierté mon travail pour cette commune que j’aime.

  • Laisser la pleine autonomie au collège en lui venant en soutien si nécessaire et à sa demande. (Chacun aura compris l’ambiance de travail qui y régnait !)

  • Aider l’ensemble des conseillers pour la défense des points du conseil communal.

  • Apporter mon expérience riche de 20 années d’implication communale au service du nouveau groupe majoritaire, y compris au partenaire Ecolo. Bien loin donc de ce concept de pantin comme on a pu le lire.

  • Porter les dossiers du collège et les relayer au plus haut niveau (Ecole de Grandvoir, Projet Wallonie cyclable, soutien événementiel Summerlake, …)

  • Soutenir l’action du collège en lui proposant une série d’initiative utiles pour le développement communal qui s’inscrive dans les budgets et les appels à projets du plan de relance.

  • Tenter de résoudre collectivement des tensions normales qui existent dans toute formation politique. Ce fut encore le cas lors de la dernière réunion sollicitée en urgence que la bourgmestre et M. Bruliau ont décliné, réclamant calme et dialogue… avant de démissionner.

  • Définir un programme d’action pour résorber les déficits importants au niveau de la RCA (au passage entité autonome, donc indépendante de la commune…).

  • Suggérer de manière constructive des projets de développements de Neufchâteau. En une année, plus de 20 fiches déposées au sein du collège.

Une colère noire, aucun conseil, aucune aide nous dit la bourgmestre ???

Ce lundi 20 septembre encore, je recevais la Bourgmestre à sa demande pour évoquer le dossier des bâtiments du centre-ville (Iannuzzi/Laroche) et sa vision des choses. Durant deux heures, de manière conviviale, nous avons évoqué la possibilité d’élargir le périmètre de la reconstruction du centre-ville aux bâtiments adjacents à celui de Iannuzzi y compris l’acquisition de l’ancien magasin « Mireille » actuellement en vente. J’ai trouvé l’idée intéressante et ambitieuse en la soutenant mais en attirant son attention sur deux éléments : la procédure éventuelle d’expropriation longue et hasardeuse ainsi que la nécessite de maintenir l’activité de la brasserie en centre-ville en envisageant un déménagement temporaire vers le bâtiment « Mireille ».
C’est donc la démonstration qu’il y a encore une vingtaine de jours, la volonté d’aller de l’avant ensemble était bien réelle au-delà des tensions au niveau de son collège.

Quant à l’avenir immédiat :

En ce qui me concerne, je continuerai donc à travailler en fonction des prérogatives qui sont les miennes pour la commune comme je l’ai toujours fait dans des périodes de hauts et de bas.

Les échevins se disent déterminés à poursuivre le travail au service de la population dans la gestion quotidienne de la commune, Simon Defat étant amené par la force des choses à reprendre le poste de Bourgmestre.

L’ensemble des élus Pour Vous restent solidaires des échevins et du chef de file pour maintenir le bateau à flot et honorer les responsabilités communales.

 




Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus