Social

L'antenne arlonaise du service droit des jeunes menacée ?

video loading
loading video
 Publié le jeudi 09 septembre 2021 à 16:39 - Mis à jour le jeudi 09 septembre 2021 à 17:05    Province

C'est un appel à l'aide que lance le service droit des jeunes Namur-Luxembourg. Ce service, qui offre une aide juridique aux jeunes, souffre d'un manque de personnel au niveau de son antenne d'Arlon. Actuellement, deux personnes y travaillent sans la reconnaissance de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Cela fait maintenant 23 ans que le service droit des jeunes est actif en province de Luxembourg, au départ de son antenne d'Arlon. Un service d'action en milieu ouvert qui accompagne des jeunes de moins de 22 ans. Le but étant de leur faire prendre conscience de leurs droits et de les faire valoir quand ils en ont besoin comme l'explique Emeline Wilkin, travailleuse sociale : 

"Cela peut-être un jeune en décrochage, qui est en recherche d'un projet scolaire ou professionnel. On est compétents aussi au niveau du droit familial : des jeunes qui veulent contester la filiation ou qui ont des questions sur l'autorité parentale". 

174 dossiers pour... deux employées

Depuis 1998, la charge de travail est néanmoins bien plus importante. "A l'époque, nous avons ouvert 13 dossiers. Aujourd'hui, nous en accompagnons 174" détaille Johanne Wyns, directrice du service droit des jeunes Namur-Luxembourg. Aucun personnel n'a été octroyé pour subvenir au besoins de cette antenne".

L'antenne arlonaise compte à ce jour deux employées. Celles-ci sont appelées à assurer des rendez-vous, mais aussi des permanences téléphoniques et des déplacements dans toute la province de Luxembourg. La gestion de l'agenda est devenue un véritable casse-tête avec les conséquences qui en découlent dont un sentiment de culpabilité en cas d'absence : de congés ou de maladie. Odile Buchet, coordinatrice de l'antenne :

"Si je ne suis pas là, c'est ma collègue qui récupère toute la gestion du service et qui doit pouvoir répondre à toutes les demandes. Ce n'est jamais agréable !"

Un agrément pour pérenniser le service 

Au vu du manque de moyens, l'antenne arlonaise du SDJ se dit menacée. Elle appelle la Fédération Wallonie-Bruxelles à reconnaître son travail via un agrément et donc une aide financière. Johanne Wyns, directrice du SDJ Namur-Luxembourg, conclut :

"Tout simplement, l'année prochaine, si nous ne sommes pas agréés et que nous n'avons pas de renforts à Namur et à Arlon, nous arrêterons nos activités en province de Luxembourg. Nous n'arrivons plus à répondre aux demandes et à accompagner les jeunes avec la qualité qui nous est reconnue".
L'antenne arlonaise reçoit actuellement 13.000 euros par an, dont 8000 servent uniquement à couvrir les frais kilométriques. Le SDJ Namur-Luxembourg espère changer la donne, mais avec un déficit qui se creuse d'année en année, la Fédération Wallonie-Bruxelles sera-t-elle seulement en mesure d'accorder un agrément ?


Nicolas Lefèvre