Pourquoi les éoliennes d’Arlon-Hondelange et Sterpenich sont-elles régulièrement à l'arrêt?

Loading the player...
 Publié le jeudi 16 novembre 2017 à 16:05    Messancy - Arlon

C’est une image étonnante qui a dû déjà vous interpeller si vous roulez sur la E411 vers le Grand-Duché de Luxembourg : une ou plusieurs éoliennes à l’arrêt du côté d’Arlon-Hondelange et de Sterpenich. Nous avons tenté de savoir pourquoi ces géants d’acier cessent régulièrement de tourner? Nous levons ainsi un coin du voile sur le travail de suivi de l’exploitation que réalise, sur place, la coopérative Vents du Sud.

Pour notre reportage, nous avons aussi contacté Engie Electrabel concernant les éoliennes «Wind for Wallonia », situées à Sterpenich. Vents du Sud y jette aussi un œil bien sûr. Engie a développé une application permettant le suivi de ces parcs éoliens. Olivier Desclée, porte-parole Engie, nous explique : « L’app permet de suivre la production éolienne ainsi que la vitesse du vent en temps réel dans les différentes provinces et permet donc également de vérifier si un parc est à l’arrêt à cause d’un manque de vent ou non. Wingie est disponible sur l’App Store ou sur Google Play.»


L’éolienne est à l’arrêt 30% du temps


Olivier Desclée précise encore : « Les arrêts réguliers des éoliennes sont tout à fait normaux et sont liés aux éléments suivants : le vent: pour tourner, les éoliennes nécessitent une vitesse de vent minimale de l’ordre de 10km/h. (…) Sur le site de Sterpenich, en 2017, le vent a dépassé ce seuil de 10 km/h pendant 70% du temps en moyenne. En d’autres termes, l’éolienne est à l’arrêt pendant près de 30% du temps. »


Et puis il y a les arrêts techniques, comme vous l’avez entendu dans notre reportage : « comme toute installation industrielle, les éoliennes nécessitent également des arrêts techniques: les parcs ont une disponibilité globale de l’ordre de 96%. Les 4% d’indisponibilité comprennent des arrêts planifiés, tels que les interventions de maintenance préventive, les inspections légales, ou non-planifiés tels que les pannes techniques, les incidents sur le réseau ou les arrêts pour causes environnementales en cas de risque de chutes de glace, ombre portée sur les habitations,… »
Bon à savoir également, ces éoliennes situées en sud-Luxembourg culminent à 100 mètres de hauteur. D’origine européenne, elles sont faites d’acier. Le tube est allemand, la nacelle a été fabriquée au Portugal et les pales viennent de Pologne !

 

Une production moindre en 2017


Une éolienne est censée produire 3500 Mégawatts sur une année. Elle fournit de l’électricité à 1200 ménages. Le jour de notre tournage, l’éolienne de la coopérative Vents du Sud n’a pas beaucoup bougé… Au-delà de cette journée, c’est l’année 2017 qui sera moins bonne en matière de production électrique. Gustave Eloy, administrateur à la coopérative : « 2017 n’est pas une année ultra venteuse. On sera en-dessous des 3500 Mégawatts pour notre éolienne. 2016 aussi n’était pas très venteuse mais c’était pareil pour toute la Belgique.»

Une question encore à Gustave Eloy; un avis sur l’endroit choisi pour ériger ces 9 éoliennes (Arlon-Hondelange et Sterpenich, le long de la E411) : l’emplacement est-il idéal pour y installer un parc éolien ? « Non, ce n’est pas le meilleur. Les bons endroits se situent à l’intérieur des terres mais ils se trouvent alors trop proches des maisons. »

Samira BOUDOU




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.


Pub



Facebook