Politique

Saint-Hubert : oui à la reconnaissance d'un parc national, mais sous conditions

video loading
loading video
 Publié le vendredi 29 octobre 2021 à 16:50 - Mis à jour le lundi 01 novembre 2021 à 21:29    Saint-Hubert

Parmi les sujets qui font débat en ce moment, c'est la candidature de Nassonia et de la Grande Forêt de Saint-Hubert pour la création d'un parc national. Huit communes concernées par ce projet de protection de la nature sont appelées à se prononcer. Pour Saint-Hubert, c'est oui, mais sous conditions.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


La reconnaissance d'un parc national de 15.000 hectares, c'est ce qu'espèrent Nassonia et la Grande Forêt de Saint-Hubert. Une candidature qui répond à l'appel à projets lancé par la ministre wallonne de l'environnement, Céline Tellier, et qui vise la protection d'espèces ainsi que la promotion d'un éco-tourisme raisonné. Dans ce cadre, l'appui des communes est bien entendu nécessaire. A Saint-Hubert proprement dit, 3300 hectares sont en jeu. Est-ce signer un chèque en blanc ? Réponse de Patrick Pierlot, échevin en charge du tourisme et de la forêt :

"A partir du moment où, dans la convention, il y a des articles qui stipulent que nous pouvons nous retirer après l'année de mise en place des projets et des plans organisationnels, je pense qu'il n'y aucun danger de pouvoir décider définitivement dans un an".

Un amendement sous l'impulsion de Dyn@m'ic

Jeudi soir, la commune a en effet été appelée à donner son accord de principe avec la possibilité de se rétracter dans les dix mois. Mais pour le groupe Dyn@m'ic, sur papier, cela semblait plutôt être une décision irréversible. Un amendement a été soumis au vote et approuvé à la majorité absolue. Didier Neuvens, chef du groupe d'opposition :

"Un, pour s'assurer que dans les dix mois à venir, les 250.000 euros de subsides de la Région wallonne ne puissent être réclamés à la commune si elle ne s'engage pas dans le parc national. Et deux, l'histoire des dividendes qui peut s'élever très cher dans une commune".
Soit des dividendes liées à la captation de CO2 et au "réensauvagement" de la forêt qui serviraient à compenser les ventes de bois et droits de chasse perdus au coeur du périmètre du parc. C'est là que reposent les réticences de la commune de Libin et Wellin notamment. Pas d'inquiétude néanmoins quant à la réduction du périmètre selon Gérard Jadoul, coordinateur de Nassonia :

"Comme la base limite est de 5000 hectares, on a du mou. Cependant, j'ai plutôt l'impression qu'on a des communes qui se disent que c'est un bel enjeu, qu'il n'y aura que deux parcs nationaux en Région wallonne et qu'il serait intéressant d'être l'un des deux".
Avec l'amendement, la commune de Saint-Hubert espère avoir suffisamment assuré ses arrières. La candidature sera déposée ce lundi 1er novembre.


Nicolas Lefèvre





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus