Les infrastructures sportives supracommunales seront favorisées

 Publié le mercredi 09 septembre 2020 à 15:08 - Mis à jour le mercredi 09 septembre 2020 à 15:58    Aubange - Bouillon - Nassogne - Province - Tellin - Vielsalm

La réunion avait été plusieurs fois reportée, ce mardi le ministre wallon du budget et des infrastructures sportives, Jean-Luc Crucke, a rencontré les représentants des communes. Objectif : leur exposer les nouveaux critères d'attribution et de priorisation des subsides. Des balises qui entrent en vigueur dès ce mois de septembre dans la sélection des dossiers alors que le décret termine son parcours législatif.


Pour être subsidiable, un dossier d'infrastructure sportive devra :


- Respecter des valeurs éthiques (signature d'une charte)

- Veiller à l'accessibilité des personnes à mobilité réduite

- Favoriser l'utilisation par toutes et tous

- Intégrer la dimension d'écoresponsabilité

- Veiller à la performance énergétique et aux matériaux durables

- Présenter un projet de développement sportif

- S'inscrire dans le plan stratégique transversal des communes et provinces


Les dossiers retenus seront ensuite classés selon des critères de priorité, à savoir :

 

- Le dégré d'urgence

- Le maillage territorial

- L'identification du projet en tant que priorité de la ou des fédérations sportives concernées

 

Le taux de subsidiation dépendra désormais de différents critères.

Alors qu'auparavant, certains projets pouvaient atteindre 85% de subsidiation, celle-ci sera limitée à 70%. Le taux de base étant fixé à 50% auquel peut s'ajouter des suppléments en fonction des critères rencontrés, à savoir :


+10% pour les projets portés par plusieurs communes ou provinces

+5% en cas de partenariats entre différents acteurs (cercles sportifs, fédérations, écoles...)

+5% si l'on prend en compte des aspects de mobilité

+5% pour la mise en oeuvre d'un projet de haut niveau (soutenu par une fédération sportive)

+5% en cas de regroupement des installations sur un même site



Lors de la rencontre de ce mardi, plusieurs communes ont émis des réserves quant aux critères de mobilité et de supracommunalité, craignant que les communes rurales et/ou excentrées ne soient pénalisées à l'avenir (Voir notre reportage).

 

 

 







Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris