Politique

Etalle accusée par la CSC de privatiser le service public

Etalle accusée par la CSC de privatiser le service public
Google maps
 Publié le mercredi 01 septembre 2021 à 17:35 - Mis à jour le mercredi 01 septembre 2021 à 17:46    Etalle

Dans un courrier, la CSC services publics dénonce une volonté de privatisation des services communaux d'Etalle et pointe un manque de concertation syndicale. La commune évoque un appel ponctuel à l'intérim.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Adressée à tous conseillers et membres du collège stabulois, la lettre ouverte de la CSC services publics n'est pas passée inaperçue ce mardi après-midi. Le secrétaire régional Dominique Wilkin y dénonce « la gravité de la situation dans laquelle se retrouve le personnel communal d'Etalle ».

En cause, le manque de concertation syndicale, le taux d'absentéisme et l'intention prêtée au Collège de privatiser les services communaux : « On découvre dans l'ordre du jour du conseil communal de jeudi l'intention du collège de privatiser les services communaux en faisant appel au privé . Cela est tout simplement inadmissible ».

Un avis que partage l'opposition écolo qui s'est fendue d'un post sur les réseaux sociaux : « la commune souhaite recourir à une société d'intérim pour des emplois réservés à la fonction publique ! Depuis des années maintenant nous dénonçons les manques dans la gestion des ressources humaines, tout comme une volonté de réduire le volume de l'emploi en externalisant des fonctions. Pour pouvoir offrir un service de qualité aux citoyens la commune doit disposer d'une administration forte et de qualité ! ».

Le Collège se défend de vouloir privatiser les services communaux

Dans une interview parue ce matin dans les pages de l'Avenir Luxembourg, le bourgmestre d'Etalle, Henri Thiry, se veut clair : «jamais les services ne seront privatisés». Il convient néanmoins devoir faire appel à du travail intérimaire « pour parer au plus urgent », soit à des remplacements.

L'échevin Georges Gondon, de son côté, nous confie s'étonner de cette sortie de la CSC. Pour lui, il est clair qu'aucun service ne sera privatisé. Il n'exclut cependant pas des remplacements de personnel de manière ponctuelle ou l'appel à des sociétés privées pour des tâches spécialisées comme par exemple le curage des égouts.

Reste la question de la concertation sociale qui devrait reprendre en octobre explique la commune. Deux engagements d'ouvriers communaux seront par ailleurs à l'ordre du jour du conseil de ce jeudi, conseil où la minorité écolo entend s'opposer à toute proposition de travail intérimaire.

 


Frédéric Feller