Politique

Le MR et les Engagés choisissent la province de Luxembourg pour leur rentrée politique

video loading
loading video
 Publié le lundi 12 septembre 2022 à 18:07 - Mis à jour le lundi 12 septembre 2022 à 21:03    Durbuy - Libin

Le Luxembourg semble avoir la cote auprès des partis politiques francophones. Ce samedi, le MR et les Engagés ont tenu leurs journées "famille" et leurs discours de rentrée dans notre province sur fond de crise énergétique.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Les deux partis ont choisi le Luxembourg et ses attractions touristiques pour leur journée de rentrée, un événement familial dans les deux cas, marqué également par les traditionnels discours de rentrée. Celui du président des Engagés, Maxime Prévot, n'a pas manqué d’égratigner les majorités en place :

"J’accuse les gouvernements de non-assistance à personnes en danger. Quand près de 40% de la population risque de basculer dans la précarité ou la grande pauvreté" Maxime Prévot
Au micro des nos confrères de la RTBF, le président des Engagés développe et présente des pistes de solution : "nous proposons de manière immédiate et depuis déjà plusieurs semaines, le gouvernement pouvait le faire il n'était pas obligé d'attendre de l'Europe, ... de plafonner les prix à 100 € le mégawatt pour diviser par deux, voire voire trois la facture des ménages, celle des indépendants. Sans quoi ça va être une explosion de drames sociaux, de faillites et donc une cohésion sociale qui va voler en éclats".

Du côté du MR, Georges-Louis Bouchez a rappelé l'origine de cette crise, la guerre en Ukraine qui concerne, a-t-il souligné, toutes les démocraties. Pour amortir le choc, le président libéral a avancé les propositions de son parti :

"C'est bien évidemment la prolongation de cinq réacteurs nucléaires. On doit également avoir des réserves stratégiques en matière de gaz. Ça n'existe pas pour le moment et donc on est très sujet au moindre mouvement journalier. Et renforcer les réseaux électriques pour renforcer le renouvelable."

S'il réfute toute idée de décroissance, le chef de file du MR admet qu'il faudra consommer "autrement et plus intelligemment" mais sans sacrifier le bien-être des citoyens. Il entend également préserver les classes moyennes, tout en promettant de faire contribuer les producteurs d'énergie.


Les classes moyennes, le président des Engagés les a évoquées également, se gaussant au passage de certains adversaires politiques : "je me pince quand des ministres se chamaillent pour définir la classe moyenne, vous voyez celle qui commençait à regarder pour se soigner, qui regarde aujourd’hui comment se chauffer et avec l’angoisse de ne plus pouvoir se nourrir demain. Derrière la problématique énergétique, c’est surtout le pouvoir de vivre des personnes qui est en jeu" estime Maxime Prévot.

On notera au final quelques points de concordance entre les deux discours, comme le maintien d'un mix énergétique qui comprend le nucléaire. Mais aussi la réforme de la fiscalité et un objectif qu'on imagine commun à tous les partis : celui de parvenir à atténuer la violence sociale d'une crise qui ne fait que débuter.


Frédéric Feller





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus