Info

Plus de 200 personnes ont marché pour France Gérard. Aux victimes: "Parlez avant qu'il ne soit trop tard"

video loading
loading video
 Publié le lundi 15 novembre 2021 à 11:23 - Mis à jour le lundi 15 novembre 2021 à 11:41    Arlon

200 personnes ont marché, ce dimanche, en mémoire de France Gérard, tuée par son ex-mari il y a un an. La marche blanche était organisée, à Arlon, par sa famille. Un message s'adressait directement aux victimes de violences conjugales, physiques et morales: "parlez, protégez-vous de vos bourreaux, avant qu'il ne soit trop tard".


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Plaine des manœuvres, à Arlon, ce dimanche après-midi: la famille de France Gérard distribue des ballons blancs. Sa maman tient dans ses bras la photo de sa fille. La famille d'Habay-la-Neuve est dévastée par la disparition de France Gérard, tuée par son mari, il y a un an, à Mont-saint-martin. Mais c'est à Arlon que France travaillait, rayonnait. La marche blanche, c'est tout d'abord un hommage, un moment de recueillement dont ses proches avaient besoin. Sonia Gérard, une des sœurs de France:

"Ce n'est pas évident et on avait besoin de se retrouver tous ensemble, pour faire quelque chose de bien pour elle, elle le mérite. C'était vraiment une brave fille."
Plus de 200 personnes ont marché en direction du home où France Gérard a travaillé 18 ans au service de livraison des repas à domicile. Ses nombreux collègues et amis ne l'oublient pas, comme Hilda Aza:

"On ne savait pas. (...) C'est très important d'être là pour les femmes victimes. On tue pour rien."
L'objectif de cette marche, c'est ensuite de faire réagir les victimes de violences conjugales, physiques et psychologiques. France Gérard, toujours de bonne humeur et qui aimait faire rire, avait changé. Depuis un an, son sourire s'était effacé. Un changement de comportement qui cachait une grande souffrance vécue en silence. Sa famille dit aujourd'hui avoir compris. Au micro, place des chasseurs ardennais, elle explique la discrétion de France:

"Elle avait peur. Elle avait honte de parler. Elle était sous l'emprise d'un homme. Notre famille est désormais comme un chêne à qui on a arraché une branche. Il faut dire stop aux féminicides. Parlez, écoutez, dénoncez avant qu'il ne soit trop tard, pour que cela n'arrive plus."
Des messages que l'on retrouve dans la campagne lancée par la secrétaire d'état à l’Égalité des chances Sarah Schlitz (Ecolo). Elle était aussi présente, ce dimanche, aux côtés des proches de France Gérard.

Si vous êtes victimes de violences conjugales, vous pouvez appeler cette ligne d'écoute :

0800/30 030.


Samira Boudou





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus