Info

La future maison de village fait débat à Sainte-Cécile

video loading
loading video
 Publié le mercredi 06 octobre 2021 à 16:17 - Mis à jour le mercredi 06 octobre 2021 à 17:05    Florenville

Réunion publique un brin mouvementée mardi soir à Sainte-Cécile, dans la commune de Florenville. Une quarantaine d'habitants se sont rassemblés à l'invitation des autorités pour débattre de la future maison de village. Un projet inscrit dans le programme communal de développement rural, mais qui ne fait pas l'unanimité.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Le bruit, la localisation, le manque de places de parking, voilà les craintes exprimées à Sainte-Cécile. Des craintes déjà décrites lors de la consultation en ligne et qui concernent l'implantation de la future maison de village au sein de l'ancienne école des garçons.

"Il faut dire qu'en été, il y a deux ou trois fêtes de village qui se passent justement là et c'est assourdissant" explique Fabienne Rion. "Le bruit dure jusque 3h ou 4h du matin et les gens sont là à discuter, à crier avec les portes des voitures qui se ferment".
"Il faut dire qu'en été, il y a deux ou trois fêtes 

Un projet citoyen ?

De son côté, la commune temporise et explique que rien n'est encore décidé. Mais au vu des réactions négatives, l'on est en droit de se demander si ce projet répond bien à un besoin de la population ; ce qui est légalement prévu lorsque l'on parle d'un projet présent dans un PCDR (programme communal de développement rural). La réponse d'Yves Planchard, échevin en charge de cette matière :

"Je pense que l'envie de la maison de village, elle est là puisqu'au départ, elle vient de la première consultation citoyenne où une soixantaine de personnes avait dit que le besoin était d'avoir un lieu de regroupement où faire vivre les associations".

Mise en place d'un comité de gestion

Laurent Bouvy fait partie des citoyens qui ont participé à la réflexion menée par la commission locale de développement rural. Il rassure en expliquant qu'un comité de gestion pourra faire appliquer ses propres règles : en bref, choisir le type d'activités, la jauge et la fréquence par exemple.

"Je pense que ce genre de bâtiment a besoin d'une certaine rigueur dans la gestion pour qu'il ne tourne pas à vau-l'eau et continue d'exister. Je crois qu'on doit d'abord penser à ceux qui vont nous suivre : c'est un cadeau qu'on fait pour l'avenir de nos jeunes".
Le tout sera de trouver un équilibre entre les réclamations des uns et des autres. Le comité de gestion se réunira prochainement pour discuter des modalités comme le confirme Yves Planchard :

"Il se réunira en présence d'un acteur de la Fondation Rurale de Wallonie qui accompagne toujours les opérations de développement rural et ce, dans le but de sortir une synthèse. Sur cette base là, il y aura des propositions qui seront soumises à l'auteur de projet pour adaptation".
A l'heure où les contacts directs se perdent, une maison de village reste évidemment un moyen de créer du lien. Mais à Sainte-Cécile, en a-t-on réellement envie ?


Nicolas Lefèvre





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus