Belgique et Luxembourg. Les ministres de la mobilité se mobilisent pour la ligne 162

 Publié le vendredi 04 juin 2021 à 13:03 - Mis à jour le vendredi 04 juin 2021 à 17:00    GDL - Province

En marge du conseil européen des Ministres des transports, organisé à Luxembourg, François Bausch et Georges Gilkinet, les ministres luxembourgeois et belges ont plaidé pour l’accélération des travaux de modernisation de la ligne ferroviaire 162 reliant Bruxelles et Luxembourg. Ils ont adressé une lettre conjointe à la Commission européenne.

Il faut aujourd’hui plus de temps pour relier Bruxelles et Luxembourg en train qu’il y a trente ans. Ce constat, les ministres de la mobilité des deux pays le font eux-mêmes. Et pour eux, l’une des causes du problème se situe dans la philosophie de la commission européenne, pour laquelle le rail n’était jusqu’ici pas une priorité.

François Bausch, Ministre luxembourgeois de la mobilité : « On a omis d’investir au cours des 10, 15 dernières années. Evidemment, le rail ce sont des investissements lourds… mais maintenant il faut y aller… Il faut maintenant des projets concrets et vraiment les ficeler d’un point de vue financier. Et sans investissement public, on ne vas jamais arriver à créer un espace rail européen digne de ce nom ».

La ligne 162 est une ligne à vocation internationale, qui relie les trois capitales européennes, Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg. Le chantier de rénovation de la ligne traîne pourtant depuis des années. Et même si le gouvernement fédéral belge tente de mettre un coup d’accélérateur, on ne voit pas encore le bout du tunnel.

Georges Gilkinet, Ministre belge de la mobilité nous signale qu’il faut encore un peu moins de 400 millions pour finaliser les travaux : « … avec le plan boost que j’ai mis en place dès mon arrivée en tant que Ministre de la mobilité en Belgique pour accélérer les travaux, on a demandé des moyens européens pour le faire. 70 millions, dans le cadre du plan pour la relance et la résilience… »

Les deux ministres ont adressé un courrier conjoint à la Commission européenne pour l’inciter à apporter des moyens supplémentaires à la Belgique. Le but étant de raccourcir le délai d’ici la fin des travaux, prévue à l’heure actuelle à 2028. En réponse, la Commission invite la Belgique à participer à l’appel à projet Connectivity Europe Facility prévu l’automne prochain.

François Bausch envisage, avec son confrère belge, de rendre une visite au vice-président de la Commission européenne à Bruxelles : « On est d’avis que ce n’est pas normal que Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg ne soient pas reliés avec une liaison ferroviaire digne de ce nom ».

Du côté luxembourgeois, les travaux de rénovation de la ligne sont terminés. Il reste encore pas mal de boulot côté belge.

Georges Gilkinet : « … Entre Ciney et Libramont, il y a encore quelques passages difficiles, du matériel qui n’a pas été renouvelé par le passé… des courbes à rectifier, des parois rocheuses qui sont problématiques pour la vitesse commerciale… Tout cela demande du temps, des moyens, mais vraiment j’essaye de tout faire pour accélérer les travaux et raccourcir ces délais ».

Le ministre belge ne se risque pas à un pronostic sur les délais. Il faut dire que jusqu’ici, jamais les délais annoncés pour la fin des travaux n’ont été respectés.