"Sabotage à Vivalia ?" La présidente se confond en excuses

"Sabotage à Vivalia ?" La présidente se confond en excuses
 Publié le vendredi 14 fevrier 2020 à 16:16 - Mis à jour le vendredi 14 fevrier 2020 à 16:33    Province

La Présidente et les membres du Conseil réitèrent leur confiance en Monsieur Yves Bernard, Directeur général, en Monsieur Didier Neuberg, Directeur général aux Affaires médicales, et en l’ensemble du management, aucun reproche quelconque n’ayant d’ailleurs été formulé à ces derniers” tel est en substance, le contenu du communiqué de presse publié par Vivalia dès après la réunion extraordinaire du CA, convoqué en urgence ce jeudi soir après que des courriels privés ont été rendus public par mégarde il y a une semaine.

L’incident est clos”, ponctue le communiqué. Mais il laissera des traces… 

 

Rappel des faits

Réagissant dans un mail interne aux réserves formulées par les médecins des CSL sur la création d’un conseil médical de réseau, la présidente de Vivalia Marielle Remy en était venue à parler de “sabotage” de la part du Directeur général et du Directeur Général aux Affaires Médicales. Dans leurs échanges, l’auditeur interne avait même évoqué la “stratégie du chaos” et “44 erreurs” de management.

Autant de termes forts et interpellants qui ont poussé les administrateurs MR à convoquer un CA d’urgence, événement rare dans la vie de l’intercommunale. 

 

La présidente se confond en excuses...

D’emblée, nous revient-il, la présidente Marielle Remy a fait marche arrière et s’est confondue en excuses vis-à-vis des deux directeurs, reconnaissant en toute humilité que les écrits avaient dépassé la pensée. Persuadée (comme les directeurs le lui auraient laissé entendre), que tout était sous contrôle, que les médecins arlonais allaient répondre favorablement au réseau, la présidente se serait quelque peu emballée en découvrant le vote négatif et a écrit sous le coup de l’humeur, des mots qu’elle regrette.

...et l’auditeur interne minimise

Courbe rentrante également de la part de l’auditeur interne Alain André. Face au conseil d’administration et aux directeurs, l’homme a minimisé.

Hier soir,  il n’était plus du tout question de “stratégie” ! Quant au terme “chaos”, nous rapporte-t-on, il fait référence à la situation telle que ressentie après la proposition d’Yves Bernard de faire un pas de côté. Restaient encore les “44 erreurs”...  devenues hier soir des “faiblesses”, voire des “divergences” ou des “lacunes”. Sans plus.

Une présidente affaiblie

Après toutes ces explications, la confiance, sinon unanime en tout cas de manière consensuelle, a été renouvelée envers les deux directeurs, rétablis dans leur honneur. 

En revanche, le vote de confiance envers la présidente s’est révélé davantage clivant : Marielle Remy est maintenue dans ses fonctions majorité CDH-PS contre opposition MR ; Ecolo s’étant abstenu.

Et de l’avis de plusieurs administrateurs, la nouvelle présidente est sortie politiquement affaiblie de cet épisode.

 

Au bout de trois heures d’échanges, cette réunion a eu ceci de positif : “les abcès ont été percés” et les responsables de Vivalia se disent prêts à repartir de l’avant et à collaborer dans l’intérêt des patients luxembourgeois.

Même si “certaines cicatrices font aussi mal que les blessures... ” nous glisse un administrateur. 

 

Christophe Thiry







Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris