Politique

Hotton. Le bourgmestre Jacques Chaplier prié de céder la présidence du conseil

Hotton. Le bourgmestre Jacques Chaplier prié de céder la présidence du conseil
 Publié le vendredi 04 juin 2021 à 14:58 - Mis à jour le vendredi 04 juin 2021 à 16:00    Hotton

Partenaire de majorité à Hotton, le groupe Union Communale demande au bourgmestre Jacques Chaplier de céder la présidence du conseil, “dans le but d’apaiser certaines tensions récurrentes et de veiller à l’amélioration des échanges au cours des prochains conseils communaux”.

Sur sa page Facebook, la liste emmenée par le premier échevin Jean-François Dewez revient sur la clôture de la séance du conseil de mardi ; une séance levée de manière plutôt abrupte par le bourgmestre, comme nous l’avons relaté dans un précédent article, et qui a de facto privé la minorité de son droit de poser des questions d’actualité. “Nous ne pouvons pas cautionner ce qui s’est passé mardi soir”, écrit le groupe.

Union Communale reconnaît toutefois, et rejoint en cela l’argumentation du bourgmestre, que les questions de la minorité “ont parfois tendance à dévier l’attention de certains points importants à l’ordre du jour des conseils”, mais il rappelle que cet exercice reste un droit et un moyen pour l’opposition d’exercer son rôle.

Prompt à réagir à la publication, le chef de file de l’opposition Philippe Courard "salue la démarche du groupe Union Communale Hotton et souscrit à la proposition de présidence du conseil par un autre élu que le Bourgmestre”. 

Jacques Chaplier réserve sa réponse

Contacté Jacques Chaplier nous dit avoir bien pris connaissance de la demande de son partenaire, mais ne souhaite pas s'exprimer avant d'en avoir parlé avec son groupe.

Peu de communes ont un président autre que le bourgmestre

Pour rappel, le nouveau code de démocratie locale laisse dorénavant la liberté aux majorités de désigner un président de séance autre que le bourgmestre. 

Plusieurs communes ont franchi le pas, comme à Neufchâteau, Libramont, Paliseul, La Roche-en-Ardenne… mais elles sont rares. 

L’avantage de la démarche vise à confier la bonne tenue des échanges à un conseiller, peut susceptible d’être directement visé par des échanges, parfois piquants, avec l’opposition et donc au-dessus de la mêlée.  

Christophe Thiry