Asbl faitière à Idélux : « Légal, mais contraire à l'esprit du décret » selon De Bue

Asbl faitière à Idélux : « Légal, mais contraire à l'esprit du décret » selon De Bue
 Publié le mardi 15 janvier 2019 à 18:49 - Mis à jour le mardi 15 janvier 2019 à 19:16    Province

La ministre wallonne des affaires intérieures Valérie De Bue s'est exprimée sur le projet d'asbl faîtière imaginé par Idélux.

Interrogée en commission du parlement par les députés Stéphane Hazée (Ecolo) et Olivier Maroy (MR), la ministre confirme avoir refusé ce qu'elle décrit comme « un contournement légal » imaginé par l'intercommunale dans le cadre du nouveau décret bonne gouvernance, rapportent nos confrères de L'Avenir.

Selon la ministre,  «la voie proposée ne respectait ni la lettre, ni l’esprit du décret dont l’objet n’est certainement pas d’inciter à la création de structures supplémentaires. Il était hors de question de valider ce mécanisme. À ce jour, je ne suis pas informée d’autres tentatives du même genre et les intercommunales semblent vouloir se conformer au décret

Comme nous vous le révélions fin décembre, le groupe Idélux, conseillé par l'avocat spécialisé Bernard Maingain, avait planché sur la création d'une asbl censée regrouper l'équipe dirigeante. But de l'opération : modifier le type d'assurances groupes, singulièrement pour les quatre directeurs généraux, et ainsi dégager une solution qui rencontrerait le prescrit légal tout en maintenant les contrats et salaires actuels.

Avec ce refus de la ministre d'avaliser cette asbl faîtière, le groupe Idélux n'a pas résolu son souci avec le décret bonne gouvernance, puisqu'en l'état, rémunérations et assurance groupe comprise, un de ses dirigeants est au-dessus du plafond maximum. Un autre sera dans la même situation dans les toutes prochaines années.

Que va-t-il se passer ? Gageons que dans les prochaines semaines, l'intercommunale remettra le détail des rémunérations à la tutelle wallonne, laquelle ne manquera pas de pointer la non conformité au décret bonne gouvernance.

On en reviendra alors à la question de départ : comment respecter ce décret, tout en honorant les contrats de travail ? A ce stade, personne ne sait dire qui aura force de loi...

« C'est bien malheureux, Idélux sera pointée comme n'étant pas en ordre, regrette Elie Deblire, président d'Idélux. Je ne sais pas comment va réagir le comité de rémunération, mais s'il le faut, j'irai chez la ministre De Bue demander quel moyen légal elle nous propose...»

 

Christophe Thiry

 




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.


Pub



Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte