Daverdisse. Des policiers agressés lors d'une patrouille covid

Daverdisse. Des policiers agressés lors d'une patrouille covid
Photo d'illustration
 Publié le vendredi 13 novembre 2020 à 12:06 - Mis à jour le vendredi 13 novembre 2020 à 12:15    Daverdisse

 Á la zone de police Semois - Lesse on a encore du mal à se remettre du déferlement de violence qui s'est abattu sur des policiers locaux, mercredi après-midi, dans le village de Haut-Fays (Daverdisse).

Tout est parti d'une patrouille covid, vers 15h30, comme nous l'explique le commissaire de police Olivier Bouchat :

« Ces dernières semaines des agents circulent pour vérifier que les mesures sont respectées. Ici un patrouilleur, seul, a constaté un rassemblement d'une dizaine de personnes et leur a demandé de se disperser ».

Seulement voilà, peu de temps après, une équipe de la zone repasse et constate que les contrevenants n'ont pas obtempéré. Le ton monte et rapidement les deux policiers se retrouvent la cible de jets de bouteilles de bière et de coups.

« Des collègues se sont retrouvés au sol, ils ont été frappés dans le dos ». Seuls face à une dizaine de « lascars imbibés », pour reprendre les termes du commissaire, les deux policiers ont eu très chaud.

Finalement, des renforts permettront de maîtriser la situation. Bilan : trois personnes interpellées et des devoirs d'enquête à suivre pour identifier les autres membres de ce groupe qui devra certainement répondre des coups, outrages et faits de rébellion à l'encontre de forces de l'ordre. Saisi de l'affaire, le Parquet du Luxembourg n'a, pour l'instant, pas souhaité commenter ces délits.

Des faits graves, mais heureusement inhabituels pour la zone de police Semois-Lesse, comme le précise Olivier Bouchat :

« C'est hyper rare chez nous. En ce qui concerne les mesures covid, on fait énormément de prévention, la verbalisation est vraiment l'ultime recours pour nous ».

Visiblement dans certains cas, la pédagogie ne suffit plus. C'est à présent à la justice de prendre le relais. En attendant, trois policiers sont en incapacité de travail jusqu'à dimanche.


F. Feller