Assises. Le décès de Jean-Sébastien Spoiden est bien dû aux coups donnés par l’accusé

Assises. Le décès de Jean-Sébastien Spoiden est bien dû aux coups donnés par l’accusé
 Publié le mardi 11 fevrier 2020 à 18:20 - Mis à jour le mardi 11 fevrier 2020 à 22:53    Arlon

Ce mardi, à la Cour d’Assises, les médecins légistes sont venu expliquer l’expertise médico-légale.

« La carbonisation du corps de Jean-Sébastien Spoiden était quasiment complète. Seule la partie supérieure du dos, de la nuque, du bras droit, le pied droit ainsi que le segment crânien étaient [seulement] brûlés au 1er degré. »

« Les lésions dues aux coups de hachette portés par Giovanni Damilot sur la victime ont provoqué 3 fractures du crâne, à l’origine du décès. »

Si le décès est dû à une destruction cérébrale (faisant suite aux fractures du crâne), la question restait en suspens de savoir si l’incendie s’était déclaré avant le décès de Jean-Sébastien Spoiden. L’absence de suie dans les voies respiratoires laissait penser aux légistes que le décès était survenu avant l’incendie. Mais le taux important de cyanure relevé dans le sang de la victime, expliquent les légistes, indique qu’« il y a eu un moment de survie quand l’incendie s’est déclaré »« Jean-Sébastien Spoiden était en train de mourir mais il était toujours en vie, en phase agonique. »

A la question d’un avocat de la défense sur ce fort taux de cyanure, le professeur Philippe Bohxo explique qu’il a peut-être été provoqué par le fait que des matières plastiques ont sans doute pris feu dans cet incendie. 

Cette nuance sera à nouveau abordée ce mercredi à la Cour d’Assises quand l’expert toxicologique sera entendue à la barre.

Et ce lundi, le juge d’instruction avait déjà abordé ce point en signalant que, malgré cette nuance, le décès est bien dû aux coups et que l’intention de donner la mort résulte directement des déclaration de l’accusé. Giovanni Damilot a dit qu’il savait que Jean-Sébastien Spoiden était mort quand il est parti et le corps était dans la même position que quand il a été découvert. « L’intention existait dans le chef de l’accusé. Il a expliqué que « pris de panique, il a décidé de l’achever en lui donnant d’autres coups ». Il ne laissait aucune chance à sa victime ».

@MelanieScheuren




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.



Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris