Info

Arlon : le mausolée à l'Amazone ressurgit du passé

video loading
loading video
 Publié le lundi 09 août 2021 à 11:45 - Mis à jour le lundi 09 août 2021 à 11:46    Arlon - GDL - Province

Phénoménale découverte sur l'Arlon antique ! Une jeune doctorante à l’Université de Luxembourg, Christine Ruppert, vient de révolutionner l’étude des blocs funéraires gallo-romains d’Arlon.

La chercheuse a démontré que, dès le premier siècle, le vicus d’Orolaunum comptait au moins quatre mausolées de très grande taille, dont au moins un de 17 mètres de haut, comparable à celui de Glanum, dans la commune de Saint-Rémy de Provence.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Christine Ruppert est architecte et archéologue, spécialisée dans le bâti des monuments antiques. Depuis plusieurs années, elle fréquente le musée archéologique d’Arlon pour sa thèse de doctorat. Une thèse qui porte sur les blocs lapidaires arlonnais mais qui s’inscrit dans un programme de recherches plus vaste, financé par l’Académie des Sciences autrichienne et l’Université de Luxembourg : l’analyse des monuments funéraires des Trévires. L’étude de Christine Ruppert, consacrée à la plus riche collection lapidaire gallo-romaine de Belgique, est une première.

En parcourant les réserves des collections de l’Institut Archéologique Luxembourgeois, la chercheuse a identifié plusieurs blocs pouvant appartenir à un mausolée du premier siècle ! Après les avoir numérisés, en juxtaposant plusieurs blocs, une amazone armée d’une hache double se matérialise. Pour Christine Ruppert, il s’agit d’une partie d'un édicule situé au troisième étage d’un mausolée impressionnant et composé de colonnes entre lesquelles on exposait des statues des défunts.

Après une réorganisation complète et l’ouverture de nouvelles salles, le musée archéologique provincial rénove justement la présentation de sa collection lapidaire. Cette étude tombe donc à point nommé pour vulgariser ces connaissances. Et selon la chercheuse, des mausolées tels que celui-là, Arlon en comptait au moins quatre au premier siècle ! Mais jusqu’à présent, on ignore le nom des commanditaires…

 




Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus