mag éco

Enter: l’e-santé ou comment l’informatique aide à soigner

video loading
loading video
 Publié le vendredi 05 mars 2021 à 19:30 - Mis à jour le mardi 09 mars 2021 à 07:21    Province

Les technologies de l’information et de la communication, les TIC pour les intimes, aident aujourd’hui le corps médical dans plusieurs aspects de la prise en charge des patients. Démonstration…


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


L'e-santé regroupe tous les domaines de la santé qui font intervenir les TIC, les technologies de l'information et de la communication dans un ou plusieurs aspects de la prise en charge des patients. Elle concerne l'utilisation de l'outil informatique et numérique dans les soins de santé mais aussi dans la prise en charge physique et psychologique des patients.

Les applications de l'e-santé peuvent être utilisées dans tout le processus de soins, depuis la prévention jusqu'au suivi thérapeutique. En matière de prévention, on trouve des applications numériques actives notamment dans le maintien d'une activité physique, d'une bonne diététique. D'autres peuvent aider le sevrage tabagique.

L'outil informatique a également permis le développement de dossiers médicaux intégrés. Depuis le 1er août 2014, les médecins généralistes belges peuvent choisir la gestion électronique des dossiers médicaux globaux (DMG) de leurs patients.

L'e-santé va encore plus loin puisqu'aujourd'hui, il existe des logiciels d'aide à la prise de décision pour les médecins ou encore de la chirurgie assistée par ordinateur qui permet de réduire le caractère invasif des opérations. 

L'e-santé en Wallonie

Dans notre région, plusieurs outils qui relèvent de l'e-santé ont vu le jour.

Cytomine, un microscope virtuel, permet aux chercheurs de partager et analyser des images médicales à très haute résolution via Internet. Cela laisse présager des collaborations encore inimaginables auparavant. La plateforme a pour objectif de faire gagner du temps aux professionnels de la santé. 

Le CHU de Charleroi a développé son propre dossier patient informatisé. L'hôpital a en effet créé le SIM pour Système d'Information Médicale. Celui-ci supporte tous les processus de soins à partir du dossier médical électronique du patient. Par définition, les médecins et le personnel infirmier ont un travail fortement itinérant. Le besoin d'un accès mobile aux dossiers des patients ou à d'autres informations médicales est dès lors une quasi-nécessité dans un hôpital.

Waystobe a été créé par Philip Degand et Pierre Ramaut, deux sophrologues qui ont fondé le service de sophrologie au sein du CHU Ambroise Paré à Mons en 1985. Il y a six ans, ils lancent Waystobe, une application web qui permet d'avoir accès à différents programmes (notamment de gestion du stress et de développement personnel).

Pendant le premier confinement, ils décident de mettre à disposition gratuitement le programme de gestion du stress (composé de 15 séances) pour permettre à toute la population de l'utiliser et de voir les bienfaits de ce programme. Plus de 700 personnes se sont inscrites et ont essayé.

Une pharmacie de Baillonville propose un nouveau type d'examen de dépistage du diabète qui prend deux minutes et qui détermine si le patient présente ou non un risque de développer le diabète. Ce n'est plus la méthode de dépistage via la goutte de sang pour ce pré-diagnostic, mais une analyse de l'état des terminaisons nerveuses de l'individu

Enter, une émission co-produite par le Réseau des Médias de Proximité et les onze télés locales wallonnes, en partenariat avec Digital Wallonia.