Info

Gouvy : début d’enquête pour 9 éoliennes, soutenues par la commune

Gouvy : début d’enquête pour 9 éoliennes, soutenues par la commune
 Publié le jeudi 20 juillet 2023 à 13:52 - Mis à jour le jeudi 20 juillet 2023 à 14:35    Gouvy

A Gouvy, l’enquête publique pour le montage de neuf éoliennes se tiendra à partir du 15 août, durant un mois. Le projet développé par Luminus pourrait rapporter un million d’euros par an à la commune. Une à deux éoliennes seront ouvertes au financement citoyen via la coopérative Courant d’Air.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Voilà trois ans que l’on en parle, le projet éolien développé par Luminus sur Gouvy franchit une nouvelle étape. Après la réunion d’information préalable et l’étude d’incidence, place à l’enquête publique, qui officiellement s’étendra du 15 août au 15 septembre, même si les documents sont d’ores et déjà accessibles à l’administration communale.

Sur base de l’étude d’incidence, le projet a été ramené de dix à neuf éoliennes, pour une puissance maximale de 37,8MW, soit l’équivalent des besoins en électricité de 21.000 ménages. Deux hauteurs de mâts sont avancées : 200m et une alternative à 230m, plus puissante. Leur implantation est prévue exclusivement sur des parcelles communales, situées entre Langlire et Courtil, tout autour de la zone d’activité de l’ancienne base militaire de Bovigny, au lieu-dit “Le Bois de Ronce”.

Ce dossier éolien, pas plus que d’autres, ne fait l’unanimité, entre d’une part des riverains et citoyens défenseurs de la biodiversité, regroupés sous La Voix de la Ronce et d’autre part la commune, qui y a vu, comme à Houffalize et à Vielsalm, l’occasion d’en récupérer des dividendes, pour elle et pour ses habitants.

Un million par an pour la commune 

Quand nous avons eu vent des projets de Luminus, nous avons choisi d’en devenir acteur, plutôt que de le subir”, replace la bourgmestre Véronique Léonard. “Pour nous, il était primoridial que ce projet, s’il devait voir le jour, soit situé sur des parcelles communales et non sur propriétés privées. Afin que le bénéfice locatif puisse retourner à l’ensemble des citoyens”. Et ce n’est pas rien. Les droits de superficie apporteraient un million d’euros par an dans les caisses communales, pendant vingt ans.

Des éoliennes citoyennes

Parallèlement, une ou deux éoliennes, selon le nombre de mâts qui seraient in fine autorisés par la Wallonie, seraient ouvertes au financement participatif citoyen via la coopérative Courant d’Air, avec qui la commune et Luminus ont établi une convention. “Une brochure de 16 pages explicatives sera distribuée début août à 3500 exemplaires sur toute la commune, et sur les villages voisins concernés. A cela s’ajoute une après-midi d’échange avec la population le samedi 26 août dans le village de Langlire, sur inscription auprès de Luminus et Courant d’Air ”, annonce la bourgmestre. La coopérative envisage aussi de financer des bornes de recharge, deux voitures électriques partagées, des journées info dans les écoles…

La Voix de la Ronce, l’opposition citoyenne  

On a beau lire que l’éolien fait partie des solutions à la transition énergétique, nécessaire et obligatoire, il n’est pas accepté partout de la même manière. Déstructuration du paysage, destruction d’éco-systèmes, peu rentable, difficilement recyclable, les arguments sont connus et nombreux.
A Gouvy l’opposition à ce projet a rapidement pris de l’ampleur. Sous l’appellation “La Voix de la Ronce”, en référence au bois sur lequel l’opérateur a jeté son dévolu, des citoyens de Gouvy ont dénoncé sa localisation, au coeur d’un massif forestier. “Avec des éoliennes de 200 à 230m de hauteur implantées en milieu forestier, nos paysages Ardennais seront complètement dévastés! (...). Le caractère unique de notre région et son potentiel sont dangereusement mis en péril”, argumentent-ils dans une lettre ouverte publiée fin 2020. 

Fin juin sur sa page Facebook, le collectif enfonce le clou : “nous avons longtemps pu croire que l'idée d'implanter des éoliennes en SGIB (Site de Grand Intérêt Biologique) n'était pas bonne, et que la raison allait reprendre le dessus un jour ou l'autre… Nous avions pu voir le DNF réagir efficacement contre la pose du mât de mesure, les espèces en liste rouge découvertes toujours plus nombreuses, la volonté de Céline Tellier de protéger toujours plus les zones d'intérêt, ... Néanmoins, Luminus Energie persiste et signe”. Et La Voix de la Ronce de promettre de réagir à l’enquête publique, qui rappelons-le, se tiendra du 15 août au 15 septembre prochains.

La brochure bientôt distribuée

Gouvy brochure Luminus Courant air-1


Christophe Thiry