Info

Déboisement spectaculaire à l’ancienne sablière de Schoppach : Idélux répond aux critiques

Déboisement spectaculaire à l’ancienne sablière de Schoppach : Idélux répond aux critiques
Photo: F. Feller
 Publié le vendredi 02 avril 2021 à 13:18 - Mis à jour le vendredi 02 avril 2021 à 14:25    Arlon


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Alors que d’aucuns s’émeuvent de l’opération de déboisement réalisée sur le site de l’ancienne sablière de Schoppach, l’intercommunale Idélux, propriétaire, évoque des « travaux autorisés, légaux et nécessaires ».

Occupé durant un an et demi par des activistes écologistes, désormais délogés, le site de l’ancienne sablière de Schoppach (Arlon) n’a pas fini de faire parler de lui. Nombre d’internautes semblent suivre de près les opérations menées, depuis la mi-mars, par l’intercommunale Idélux, propriétaire du site : destruction du campement zadiste et de ses cabanes, enlèvement des barricades et autres pièges, évacuation des déchets (577 mètres cubes selon Idélux) et pose d’une nouvelle clôture afin de protéger la zone d’une nouvelle occupation.


Une mise à blanc avant la dépollution et un retour de la biodiversité

La mise à blanc partielle du site a interpellé les observateurs, ce qui a fait réagir l’intercommunale. Celle-ci a fait le point, dans un communiqué, sur les travaux en cours. Elle explique : « Après marquage par les agents du Département Nature et Forêts (DNF) des arbres à conserver, une entreprise forestière a procédé à la mise à blanc du site (…) préalable indispensable au démarrage des travaux d’assainissement du sol pollué, aux futurs aménagements liés à la création du parc d’activités économiques et à la création de la réserve naturelle domaniale (6ha sur 30ha ndr). La biodiversité recherchée pour cette future réserve naturelle est celle liée au biotope spécifique des sablières de Lorraine, aujourd’hui disparue puisque tributaire d’un milieu ouvert. Même si cela semble paradoxal, il faut donc, préalablement au développement de cette réserve, mettre à blanc cette partie du site afin de lui permettre d’accueillir prochainement cette biodiversité typique de nos régions. Ajoutons également l’urgence sanitaire à abattre l’ensemble des résineux scolytés. » L’intercommunale ajoute que, le long de la route du bois d’Arlon, une bande de hêtraie de 70 mètres de large est intégralement maintenue, en concertation avec la DNF.


Incompréhension autour du permis de "déboisement"

Nous avons joint, ce vendredi matin, Isabelle Breels, cheffe du service communication d’Idélux. Le déboisement spectaculaire de l’ancienne sablière a suscité pas mal d’émotion et de réactions. Isabelle Breels : « Ce qui a étonné, c’est qu’une demande de permis de déboiser a été affichée mais le déboisement avait, lui, déjà été effectué sur base d’une autorisation de coupe ». On parle, en fait, ici de deux choses différentes : d’une part, une autorisation de coupe, mise en œuvre rapidement. D’autre part, une demande de permis de déboisement qui ne signifie pas que des arbres seront encore abattus sur ce terrain. Isabelle Breels : « Un permis de « déboisement » est une autorisation purement administrative à solliciter quand un terrain déboisé n’est pas destiné à être replanté dans le futur : ‘‘l’ancien’’ bois change de destination. Tel est bien le cas en l’espèce, le site de l’ancienne sablière, situé en zone d’aménagement communal concerté à caractère économique (ZACCE) étant destiné à accueillir à nouveau des activités économiques ainsi qu’une réserve naturelle.

IDELUX Développement a dès lors déposé une demande de permis de ‘‘déboisement’’ soumis à enquête publique pour une question de procédure. En effet, l’arrivée (et le départ) des zadistes a mis à mal le déroulement classique de la procédure de mise en œuvre de la Zone d’Aménagement Communal Concerté à caractère économique : dans l’attente de l’adoption du schéma d’aménagement nécessaire, toute demande de permis y est soumise à enquête, comme cette autorisation de changement de l’état ‘‘boisé’’ en statut futur ‘‘non boisé’’. 

Dans ce dossier sensible, chacun peut être assuré du strict respect du cadre légal et des procédures, comme d’ailleurs dans l’ensemble des projets que l’Intercommunale mène. »

 

Feu de broussailles à l’ancienne sablière

Sur Facebook, des vues aériennes, captées jeudi soir, circulent. On y voit un feu sur le site de l’ancienne ZAD. Le chef de la zone de secours Luxembourg nous a confirmé que les pompiers arlonais sont bien intervenus, dès 21h30, sur place. Stéphane Thiry : « Malheureusement, l’accès était obstrué par des troncs d’arbre. Les pompiers ne pouvaient donc pas accéder au foyer du feu. » Idélux et la ville d’Arlon ont été prévenues dans la soirée. Finalement, les hommes du feu ont pu intervenir. Le travail a duré jusqu’à une heure du matin. Les pompiers du poste d’Arlon sont revenus, ce vendredi matin, afin de vérifier qu’il n’y avait pas de reprise. Stéphane Thiry : « Nous ne connaissons pas l’origine du feu mais il n’y avait pas, hier soir, d’inquiétude le concernant. » Ce vendredi après-midi néanmoins, nous apprenons que l'incendie pourrait être volontaire.

S. BOUDOU