Info

Ancienne sablière de Schoppach : pas de PME avant 2025

Ancienne sablière de Schoppach : pas de PME avant 2025
 Publié le lundi 15 mars 2021 à 11:31 - Mis à jour le lundi 04 juillet 2022 à 15:33    Arlon


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Soulagé. Le directeur général d’Idélux nous avoue être "soulagé que cela se soit passé comme ça. Sans heurt. Sans violence. Sans blessé.” 

Soulagé aussi de pouvoir envisager la suite plus sereinement. La suite ? La poursuite plus exactement. "L’occupation du terrain a créé des soucis, mobilisé du temps et des énergies. La procédure a pris un peu de retard, mais elle n’a jamais été suspendue." 

Priorité : nettoyage et sécurisation du site 

Après la neutralisation des pièges tendus et la sécurisation du site par les forces de l’ordre, Idélux lancera un premier chantier d’évacuation des arbres scolytés. 

Depuis leur installation en octobre 2019, les occupants de la Zad avaient déjà coupé bon nombre d’arbres malades, pour se chauffer ou construire leurs abris. Mais il en reste encore sur pied. “Dans les prochaines heures, nous allons faire abattre et évacuer les derniers scolytés avant qu’ils ne s’attaquent aux arbres seins. Nous allons aussi débroussailler et enlever les taillis et futaies qui ont poussé dans l’ancienne carrière située en contrebas, afin d’entamer sa dépollution. Légalement l’abattage doit être terminé avant le 1er avril, date de début de nidification des oiseaux" précise Fabian Collard. Le site sera ensuite clôturé afin d’en prévenir l’accès.

Une ZAE en phase avec la biodiversité

L’occupation du site a-t-elle joué un rôle de déclencheur dans la manière d’aborder le développement des parcs d’activités d’Idélux ? Toujours est-il qu’aujourd’hui l’intercommunale met en avant le besoin de développement de ses ZAE “de manière raisonnée et raisonnable”, où la participation citoyenne, la biodiversité, le recyclage, la mobilité, (...) forment désormais la base de leur nouveau référentiel.

Sur les 30ha de l’ancienne sablière, à peine plus de la moitié sera dédiée aux entreprises : “uniquement des petites et moyennes entreprises artisanales locales. Pas de parc commercial et pas d’industrie”, promet Idélux. 

Contrairement à ce que soutiennent les occupants et proches de la Zad, le site a perdu de son intérêt biologique. L’ambition d’Idélux est de restaurer un habitat en faveur de la biodiversité, en créant une nouvelle réserve naturelle domaniale de 6ha gérée par le DNF.

Fabian Collard insiste et se veut rassurant pour les riverains : “Nous allons aussi conserver la hêtraie sur 50m de profondeur le long de la route de Saint-Léger.”

Pas d’entreprises avant 2025

Avant de voir s’installer les premières PME, le projet doit passer par plusieurs étapes, à commencer par la réalisation d’un Schéma d’Orientation Local (SOL), censé définir les enjeux relatifs au développement de la zone (enjeu biologique, paysager, …). Après quoi seulement Idélux introduira une demande de permis d’urbanisme, pour ce qui constituera “une alternative partielle” à l’extension du parc d’activités économiques de Weyler-Hondelange, et donc une conservation d’une partie des terres arables exploitées par les agriculteurs locaux…

Avant cela toutefois, l’intercommunale ouvrira  sur l’ancienne sablière une station de carburant au gaz naturel CNG pour la mi-2021. Avec la station d’Arlon, le réseau comptera alors sept stations CNG en province de Luxembourg.

Chr. Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus