Info

Eolien : Vielsalm concède des terrains et garde la maîtrise

video loading
loading video
 Publié le mardi 19 octobre 2021 à 15:27 - Mis à jour le mardi 19 octobre 2021 à 16:45    Vielsalm

Ce lundi soir, les conseillers communaux de Vielsalm ont voté à la majorité, le principe d’octroyer des parcelles communales, à un consortium d’opérateurs choisi parmi quatre offres reçues. Objectif : garder la main sur son développement éolien…


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


A une ou deux foulées du centre européen du cheval de Mont-le-Soie, la commune de Vielsalm dispose de plusieurs hectares de parcelles boisées qu’elle compte, sous conditions, mettre à disposition d'un promoteur éolien.  "Il y a déjà eu par le passé  plusieurs projets qui n'ont pas abouti, rappelle le bourgmestre Elie Deblire. Ici, en proposant de mettre des terrains communaux à disposition, c'est peut-être l'occasion de maîtriser le projet. Nous verrons..."

Des terrains concédés à Luminus, Windvision et Courant d’air

Les quatre offres reçues ont été passées au crible d'une douzaine de critères par l’association de promotion des énergies renouvelable ( APERe) et le choix final s’est porté sur le consortium Luminus, Windvision et Courant d’air,  la coopérative citoyenne. Le groupement propose entre autres près de 100.000 euros par an par éolienne en indemnités, ainsi qu'une série d'actions pédagogiques et en faveur de l'environnement. "Leur force a été de présenter une analyse comparative de 13 implantations différentes, ce qui permettra de trouver la configuration idéale d'un point de vue économique et environnemental. Et quelles que soient ces 13 implantations, le parc compterait de six à huit éoliennes au maximum", précise Johanna D'Hernoncourt, coordinatrice de projets à l'APERe (désormais dénommée Energie Commune). "En outre, Courant d'Air est une coopérative réellement citoyenne, où chacun a une voix à l'assemblée générale. Et pas une pseudo-coopérative adossée à un opérateur et où toutes les décisions sont cadenassées", assure Johanna D'Hernoncourt, avant de répondre à une remarque soulevée par Jacques Gennen : "oui, Courant d'Air est bien un des nombreux partenaires de l'APERe. Cela n'entache en rien l'objectivité du travail de comparaison présenté au conseillers ce soir."

Un vent d'opposition souffle à Petit-Thiers

Huit éoliennes au maximum, c’est encore de trop pour certains habitants de Petit-Thiers, venus assister en silence au débat communal, ainsi que pour les quelque 400 signataires d’une pétition qui circule sur la commune.
Après avoir soutenu l'initiative lors de son lancement voici un an, la minorité "Comm'vous" émet désormais des réserves : "Il est clair qu'il va seulement y avoir des rencontres et enquêtes publiques et qu'ils auront l'occasion de se manifester. Mais que va-t-on faire avec l'avis de ces citoyens ? Va-t-on vraiment en tenir compte ?" s'inquiète Jérôme Derochette, conseiller de la minorité. Pour la majorité, le conseiller Joseph Remacle rassure : "J'habite à Petit-Thiers, village au plus proche des implantations et la situation n'est pas facile. Pour personne. Mais nous nous devons de poursuivre la procédure jusqu'au bout, ensuite, nous choisirons. Et évidemment, nous tiendrons compte de l'avis des gens !"
"Je n'apprécie pas ces grands opérateurs éoliens, qui tirent leurs bénéfices des aides publiques et d'une manière générale je préfère envisager le développement éolien en haute mer ou le long des autoroutes", cadre d'emblée Jacques Gennen, avant de compléter : "mais il y a trop de projets autour de la commune. Nous vivons dans une des plus belles régions de Belgique et nous sommes envahis par l'éolien. A un moment il faut arrêter."

En zone forestière... mais résineuse

Pas question d'arrêter en revanche pour le conseiller de la minorité Ecolo François Rion : "Ce projet, tout comme l'emplacement, n'est pas l'idéal. Mais il faut aller de l'avant, nous n'avons plus le choix au regard des changements climatiques. Restons toutefois prudents tout au long du dossier. Et, insiste-t-il, il faut que les dédommagements financiers soient réinvestis dans des économies d'énergie.  Ainsi ce projet éolien sera le dernier..." Sur ce point, la minorité Ecolo est divisée : François Rion et Catherine Desert ont voté en faveur du projet, tandis qu'Anne Wanet s'y est opposée.

 Un rien plus volontariste, la conseillère Anne Klein termine ces prises de parole et rappelle que la recherche d'énergies alternatives faisait bien partie du programme de la majorité, et se défend : "même si l'emplacement en zone forestière n'est pas idéale, il s'agit uniquement de résineux, à très faible valeur écologique et plantés là pour des visées de rentabilité économique. L'impact sur la biodiversité sera minime."
Reste à voir comment réagiront les plus proches voisins du parc éolien… A la lumière des diverses publications scientifiques, les responsables du centre européen du cheval de Mont-le-Soie nous avouent être confiants… en attendant la future étude d’incidences.


Christophe Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus