Legend Boucles

Legend Boucles : pas de parade mais au moins 200 voitures au départ le 5 mars

video loading
loading video
Photo d'illustration - Letihon.be
 Publié le mardi 22 fevrier 2022 à 16:38 - Mis à jour le mercredi 23 fevrier 2022 à 15:30    Province

Dans une dizaine de jours, les Legend Boucles feront leur grand retour en province de Luxembourg. Annulé en 2021, ce rallye historique va donc retrouver Bastogne et sa région. Un cru 2022 un peu moins relevé que d'habitude, contexte oblige.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


"Un peu plus de 200 voitures au départ, et peut-être 230, voire 240", les organisateurs des Legend Boucles se disent plutôt satisfaits à une dizaine de jours du départ de l'édition 2022 de l'évènement. Ils ont dressé les contours d'une épreuve remaniée, contexte oblige, ce mardi matin à Bastogne.

Le communiqué de l'organisation :

Place au sport… en attendant le retour de la fête Le décompte final a commencé… Les samedi 5 et dimanche 6 mars, Bastogne et sarégion retrouveront les Legend Boucles chères à l’équipe du Royal Automobile Clubde Spa, après une année d’interruption forcée. N’en concluez pas pour autant que ‘lavie d’avant’ a repris son cours, puisque c’est une édition de transition, avant un vrairetour à la normale, qui attend les fans, tandis qu’au niveau sportif, l’épreuve sedéroulera selon les plans prévus. Et dans toutes les catégories, elle s’annonce plusouverte que jamais !

Pour l’équipe entourant Pierre Delettre, les derniers mois n’ont pas été de tout repos. Entrele climat d’incertitude sur le plan sanitaire, les demandes des autorités et le report d’un moispositionnant l’épreuve de manière inconfortable, rien n’a été simple. « A maintes reprises, augré des annonces et des désannonces, des demandes et des complications, nous avonsenvisagé l’hypothèse d’une nouvelle annulation, explique Pierre Delettre. Le report d’unmois, c’était ça ou rien. Mais face à l’enthousiasme et aux encouragements des uns et desautres, notamment du côté des concurrents régionaux, nous avons décidé de mener cetteédition à bien, du moins d’un point de vue sportif. Les autorités nous ont en effet demandéde laisser tomber le côté festif de l’événement en 2022. Il n’y aura donc pas de parade duvendredi soir au centre-ville, pas de séances de dédicaces, et l’habituel barnum de la PlaceMcAuliffe sera déplacé vers le zoning industriel de l’ancien marché couvert. Ce n’était biensûr pas notre souhait, mais la mise sur pied d’une telle épreuve exige une totalecollaboration avec les autorités provinciales et communales. Si nous voulions préserver levolet sportif, il fallait pouvoir se passer du reste cette année. »

Si l’on excepte les différentes opérations de contrôle technique et administratif, ainsi que lesreconnaissances des spéciales du samedi pour les catégories concernées, tout se dérouleradonc les samedi 5 et dimanche 6 mars. Avec un découpage qui respecte la tradition, à savoirdeux boucles de cinq spéciales sur asphalte lors d’une longue journée de samedi, avant sixspéciales en ligne, dites ‘forestières’, le dimanche.

« Pour différentes raisons, nous avons limité la longueur des tronçons à un maximum de 15kilomètres, commente Eric Chapa, en charge du parcours et de la gestion sportive. Lorsquece tracé a été imaginé et réalisé, la peste porcine était toujours d’actualité. Ce qui expliquequ’on ne s’enfonce pas toujours profondément dans les forêts. Depuis lors, cette situation aévolué favorablement. Nous avons néanmoins décidé de conserver le parcours prévu pour2021, étant donné qu’il était bouclé et surtout validé. Comme Cédric De Cecco et JérômeHumblet, en charge des notes pour les concurrents, ont pu le constater, les équipages nerisquent pas de s’ennuyer sur des RT totalement dans la tradition des Legend Boucles. »

Stéphane Lefebvre favori, mais…

Ce qui nous amène au plateau de cette édition 2022. Edition de transition ou pas, la R.A.C.Spa a tenu à faire honneur à la tradition en alignant un pilote ‘international’ en mesure de défier les meilleurs Belges. Et c’est le bien connu Nordiste Stéphane Lefebvre qui va s’ycoller, au volant de la Ford Escort MK2 Gr.4 de Christophe Jacob. Un bolide qui s’est déjàillustré à Bastogne entre les mains de Mikko Hirvonen et Kris Meeke.« J’avais clairement exprimé mon souhait d’être au départ de cette épreuve que je connais…sans réellement la connaître, explique Lefebvre. J’ai pris deux fois le départ en Citroën Visa1000 Pistes, mais j’ai renoncé trop rapidement. Cette fois, ce sera totalement différent…même s’il s’agira de mon tout premier rallye au volant d’une propulsion ! En compagnie deXavier Portier, nous tenterons évidemment de pointer en haut du classement, mais je préfèrene pas trop m’avancer. J’aurai tellement de choses à découvrir qu’il vaut mieux resterprudent. »

Face au duo Lefebvre-Portier, on retrouvera un Cédric Cherain remonté comme jamais encompagnie de Damien Withers, au volant d’une Porsche 911 Gr.4 alignée par AugustPorsche Addiction. Il y a deux ans, le Liégeois a achevé l’épreuve en 2 ème position derrièreKris Meeke, et il se voit bien progresser d’une petite place dans la hiérarchie.Quant à Jean-Pierre Van de Wauwer, qui a remporté les Legend Boucles en 2012, il remueciel et terre pour boucler le budget lui permettant d’honorer son engagement avec sa trèsbelle et appréciée Lancia Beta Monte-Carlo Gr.4. Le Verviétois, qui n’a jamais manqué lamoindre édition des Legend Boucles, entend poursuivre sur sa lancée…Dans le sillage de ces bolides, le groupe des gros outsiders est particulièrementimpressionnant, avec des pilotes qui peuvent constituer autant de très bonnes surprises aubout des deux étapes. Jonas Langenakens (Ford Escort MK2), Olivier Cartelle (Ford EscortMK2), Christophe Daco (Ford Escort MK2), Guino Kenis (BMW 325i), Johnny Delhez (FordEscort MK2), Gérard Marcy (Porsche 911 Gr.4), Harold de Hemptinne (Ford Escort MK2),Frédéric François (Ford Escort MK2), Romuald Thirion (Opel Ascona A), Loïc Pirot (FordEscort MK2), Emile Breittmayer (Ford Escort MK2), Benoît Galand (Opel Manta 200), leFrançais Thierry Barjou (Ford Escort MK2) sont en effet tous des candidats au podium finalen ‘Legend’.

Ils emmèneront à n’en pas douter dans leur sillage les Allemands Axel et Henning Schütt(Ford Escort MK2), Grégoire Destexhe (BMW 325i), Laurent Richard (BMW 2002 Tii), PascalDelporte (Ford Escort MK2), le Français Jean-François Dubrulle (Ford Escort MK2),Sébastien Glaude (Volvo 144), Guillaume Glaude (Volvo 142), Christian Glaude (Volvo 144),Sébastien Incardona (Opel Corsa GSi), Bernard Lamy (Volvo 242), Jean-Pierre Lequeux(Porsche 911 SC 3.0), Jean-André Collard (Opel Manta 400), Jean-Louis Meynart (FordEscort MK2), Olivier Breittmayer (Lancia Delta Integrale), sans oublier le très spectaculairepilote allemand Thomas Kleinwachter (Toyota Starlet 1200). Un bolide qui sera aussi celuid’un certain Yannick Neuville, le frère cadet de Thierry.

A noter la présence de Dominique Dricot, journaliste de Classic 21, dans le baquet de droitede l’incontournable Ford Escort MK2 de Julien Elleboudt. David Hugla alignera une originaleMitsubishi Lancer 2000 Turbo, le Hollandais Armand Adriaans sa très belle Datsun 240 Z,tandis que Paul Fraikin tentera de la jouer ‘à la Probst’ en Ford Sierra XR 4x4.

Challenger : la chasse gardée des régionaux

Du côté de la catégorie ‘Challenger’, où la moyenne à respecter reste de 80 km/h, lesrégionaux sont omniprésents et très bien armés. A commencer par Dimitri Van Hove etLionel Windeshausen, dont la superbe Alfa Romeo GTV6 aux couleurs de la 101 ème Airbornes’était imposée il y a deux ans. Elle sera finalement bel et bien au départ, prête à croiser lefer avec l’Audi Quattro de Luc Caprasse et la Ford Escort MK2 de Michaël Magerotte, quiavaient complété le podium final en 2020 !

On reprend donc les mêmes et on recommence… avec une concurrence lorgnant égalementsur l’un des trois strapontins bastognards. Seront dès lors à surveiller André Glesner(Porsche 911 SC 3.0), Pierre-Etienne Bernes (BMW 325i), Maxime Jaumin (BMW 325i),Tony Furlotti (Opel Manta B), Laurent Noël (Ford Escort MK2), Edouard Proffit (Ford EscortMK1), Philippe Bai (Lada VFTS), Bruno Nielen (BMW 325i), en plus des deux Opel KadettGT/E de Jean-Noël et Aurélie Van Houdenhove, qui vont nous proposer un affrontementaussi familial qu’intergénérationnel, comme on les aime aux Legend Boucles @ Bastogne !A noter la présence dans cette catégorie des deux Volkswagen Coccinelle de BernardCornet et Marc André, qui pourront compter sur de nombreux supporters sous la bannière duBelgian VW Classics Club.

Youngtimers : la famille Blerot pour donner le ton ?

Grande nouveauté réunissant les voitures de l’annexe J FIA, construites entre 1991 et 2000,mais aussi des bolides sévissant normalement en ‘Legend’ mais ayant subi de nombreusestransformations, la catégorie ‘Youngtimers’ semble constituer un nouvel objectif évident pourla famille Blerot, dont les BMW 325i E30 ont été gratifiées de mécaniques de M3 ! Charles etNicolas Blerot devraient donc donner le ton… mais ils devront se méfier du véloce StéphaneHubin, dont l’impressionnante Opel Omega 3000 pourrait trouver un terrain lui convenantparfaitement du côté de Bastogne, ou encore de la Subaru Impreza 555 de Didier Cawez.A signaler également deux voitures dont les livrées rappellent des bolides qui ont comptédans la carrière d’un certain Grégoire de Mévius, avec d’une part une Opel Astra GSI 16Vpour Thibault Leloup, de l’autre une Nissan Sunny GTi-R pour David Delvigne.Quant à la Renault Clio 2.0 16V d’Aaron Duville et la Peugeot 106 Rallye de Gauthier Piret,elles représentent un type de petits bolides qui devrait se généraliser à l’avenir…

Classic 60 : une grande bataille en perspective !

C’est assurément l’une des grandes fiertés du R.A.C. Spa : avoir fait des Legend Boucles @Bastogne l’un des rendez-vous phares sur la scène de la régularité pour voitures anciennes !Une discipline née en Belgique, à l’initiative d’un certain Pascal Collard… d’ailleurs présentau sein des troupes de Pierre Delettre !Ce qui signifie que lors de chaque édition, la catégorie ‘Classic 60’ fait l’objet d’une âprebataille entre les meilleurs équipages de la régul’ sur le front belge… mais pas seulement !Si les doubles vainqueurs 2018 et 2019 Marc Van Dalen et Julien Minguet brilleront par leurabsence cette année, retenus par leurs occupations professionnelles, Patrick Lambert (BMW2002 Ti), vainqueur en 2020 en compagnie de son papa Joseph, remet son titre en jeu. Etcette fois, c’est le redoutable Yannick Albert qui sera dans le baquet de droite ! Voilà lesautres prévenus…Lui aussi ancien vainqueur (2016), Yves Deflandre tentera de doubler la mise avec unePorsche 944, copiloté par Yves Noelanders. Retour également pour les lauréats de 2017,Eric Piraux et Catherine Monard (Renault 5 Alpine), qui ont tout fait pour se libérer en dépitd’une activité professionnelle intense. Quant au Français Christophe Berteloot, qui avaitsurpris les Belges à domicile en 2015, il sera lui aussi de la partie en Porsche 924, avecBaptise Gengoux à ses côtés !Une liste de favoris longue comme une nuit d’hiver sur l’Ardenne, qui compte également lesnoms des Français Christophe Baillet et Pierre Colliard (Ford Escort MK2), ainsi que JérômeAmbrosini et Montgomery Abel (Audi 80 GT), mais aussi les Belges Alexandre Delhez et

Benoît Deflandre (Ford Escort MK1), Johan et Joppe Gitsels (Porsche 911 SC), GaëtanMonseur et David Hanquet (BMW 325i), Michel Decremer et Patrick Lienne (Opel Ascona2000), Patrice Simon et Christian Bernard (Porsche 924), Michaël Weiller et Anne Meunier(BMW 1602), Gaëtan Schoonbroodt et François Gehlen (Ford Escort MK1), Claude Ninaneet Christophe Simon (Opel Kadett C), Stéphane et Nicolas Blaise (VW Golf GTi), TonyKevers et Baudouin Halleux (VW Golf GTi), Eric Gengou et Didier Gathy (Volvo 142),Etienne Baugnée et Benoit Remion (Ford Escort MK1), Michel Gillard et Jennifer Hugo(Toyota MR), Benoît et Denis Regnier (BMW 323i), Jonathan Feller et Pascal Demarche(BMW 1602), Boris Vinette et Philippe Servais (BMW 2002 Tii), etc.Quant à Julie Kenis, la fille de Guino, elle effectuera à Bastogne ses grands débuts en rallyeau volant d’une BMW 325i, avec Bjorn Clauw dans le baquet de droite… Welcome !Vous l’avez compris, va y avoir du sport ! Un plateau agréablement complété par quelquesvoitures qui ne passeront pas inaperçues, avec la Ferrari 208 GT/4 des Italiens GiorgioSchön et Francesco Giammarino, la MG B GT de Pierre Louys et Armin Hoffmann, lesDatsun 240 Z de la famille Miroux, mais aussi des modèles aussi variés que les Trabant P601 (Thonard-Thonard), Ford Taunus 20M (Herbeth-Jover) et Cortina GT (Millar-Nelissen),Austin Healey 3000 MK3 (Van Der Meer-Weijers), Mercedes 500 SLC (Mylemans-VanOrshaegen), et même une Opel Manta 400 (Boxho-Vandeghem) et une Porsche 911 SC RS(Charlier-Charlier) !

Signalons que notre ex-Premier Ministre Guy Verhofstadt, engagé en compagnie de GuidoDevreker sur Lada 1600 R, met tout en œuvre pour concilier un agenda professionnel trèschargé avec une présence au départ. Passion, quand tu nous tiens…

Indécision en Classic 50

Apparue lors des Legend Boucles @ Bastogne 2020, la catégorie ‘Classic 50’ accueilled’autres experts de la régularité, avec cette fois une moyenne un peu plus modeste. Ce quipermet à l’épreuve de compter sur sa liste d’engagés une Renault 4 (De Hoe-Leclerq) et uneCitroën 2CV (De Hoe-Mertens De Wilmars), une Peugeot 304 S Coupé (Degrotte-Verwerft),et une DAF Marathon (Dufrasne-Dogné) !Le duo de la DAF compte même parmi les favoris de cette édition, au même titre queRaymond Collignon et André Claessen (Volvo 122), Robert Rorife et Guy Peigneux (Volvo122), ou encore Carlos Pereira et Antonio Caldeira (Porsche 944 Turbo) ! Sans oublier cesautres demoiselles dans la course que sont Alisson Henrot et Pauline Robert (Volvo 142).La preuve que cette catégorie ‘Classic 50’ poursuit sa belle progression.

Source : Legend Boucles





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus