Football

À Mormont, Heyd et Forrières, les terrains sont toujours impraticables

video loading
loading video
Pour la seconde fois en moins de six ans, le terrain synthétique de Mormont est détruit.
 Publié le jeudi 29 juillet 2021 à 17:22 - Mis à jour le vendredi 30 juillet 2021 à 11:47    Durbuy

Deux semaines après les inondations, la plupart des clubs de la province ont pu retrouver leur pelouse. Ce n'est cependant pas le cas de Mormont, Heyd et Nassogne B, qui ne joueront pas à domicile ce week-end.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Comme en 2016, les installations du club de Mormont ont fortement été touchées par les inondations. Les deux terrains, le naturel et le synthétique, sont impraticables. 

Un amas important de pierres recouvre une partie du terrain en herbe. Le nettoyage n'a pu être effectué que par un camion aspirateur, présent ce vendredi. "On doit déblayer tout ça pour voir dans quel état se trouve la pelouse", explique le secrétaire mormontois, Albert Villette.

La remise en état devrait prendre entre quatre et six semaines. Le vœu pieux du club est d'être prêt pour la réception de Bas-Oha, premier match de championnat, le 29 août.

Les fondations du synthétique touchées

Juste derrière, le terrain synthétique n'a pas été épargné. Le comité attend la visite de l'expert, prévue la semaine prochaine, mais il se dit que les dégâts sont plus importants que lors de sa première destruction il y a un peu moins de cinq ans. Cette fois, les fondations semblent touchées.

De quoi remettre en doute sa position ? La question se pose, mais la réponse dépendra de l'ampleur des travaux. "Avec un muret de 80cm, on pensait être à l'abri, mais l'eau est passée au-dessus, regrette Albert Villette. La solution proposée par Infrasports la dernière fois était de repartir avec un terrain naturel, ce qui serait pour Mormont une régression importante."

Jusqu'à nouvel ordre, les deux équipes premières mormontoises joueront à Melreux.

Le pont du terrain d'Aisne est impraticable

Quelques kilomètres plus loin le long de la rivière, les installations de l'ES Heyd à Aisne ne sont plus accessibles. L'eau a arraché une partie des fondations du pont qui mène au site. Le club jouera donc ses rencontres sur le terrain de l'école communale à Heyd.

Comme l'explique Jean-François Jamotton, le correspondant qualifié des Sang et Or, le retour au Vi Pré déprendra en grande partie de l'arrivée des fonds :"le pont étant privé, nous devrions prendre le financement à notre charge. Actuellement, on regarde pour obtenir des aides si le devis est trop important."

Tous les clubs voisins de Nassogne ont été touchés

L'Aisne n'a pas été la seule rivière à faire des dégâts sur les pelouses. La Lhomme, qui entoure la buvette et les deux terrains de Forrières, est sortie de son lit sur plus de 1,5 m. L'eau a arraché le tarmac du parking et l'a rependu sur les deux surfaces de jeu, par endroit sur plus de 60 cm. Les installations sont communales et les travaux à effectuer colossaux.

Habituellement, les deux équipes premières ainsi qu'une dizaine d'équipes de jeunes du club de Nassogne utilisent le site, du moins pour les entraînements. Elles ont migré vers le terrain A, à Nassogne, qui risque de rapidement se dégrader.

Le club cherche d'autres solutions, mais la situation est compliquée pour tout le monde. "À Rochefort, les terrains sont détruits aussi, regrette Charles Quirynen, correspondant qualifié du club nassognard. Jemeppe et Eprave le sont en partie. Il nous reste la solution de Bande, mais le terrain a aussi été abîmé par les pluies."

Après deux saisons avortées, bénévoles et joueurs se réjouissaient de revivre leur passion. Le bout du tunnel semble cependant encore loin pour certains.


Lucas Piron