Football

C'est la crise. Mais "Givry n'est pas mort" !

video loading
loading video
 Publié le dimanche 27 novembre 2022 à 10:13 - Mis à jour le dimanche 27 novembre 2022 à 12:16    Bertogne

Hier soir, les Canaris ont à nouveau été battus 0-4 contre Raeren-Eynatten (D3 ACFF). Ils possèdent toujours la pire attaque de la série et sont reléguables actuellement. Cette semaine, nous étions allés à un entraînement pour prendre la température du club et assister à l'arrivée du nouveau coach (le 3ème cette saison) : Mohammed Fadhi.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


La saison risque d'être longue à Givry. Elle a d'ailleurs bien mal commencé. Depuis l'été et une préparation chaotique (reprise du club par Damien Raths et recrutement tardif notamment), les démissions de 2 entraîneurs en cours de route (Eric Picart et Frédéric Herinckx) et une succession de défaites...Mohammed Fadhi, T2, a pris les choses en main cette semaine. Il va tenter d'insuffler une nouvelle dynamique au groupe. Il lui faudra du temps. Raeren-Eynatten était trop fort ce samedi soir (0-4).

"Il y a des qualité et du potentiel dans le groupe. Techniquement, on est bons ! On va essayer de changer de tactique et passer en 4-1-4-1. On va travailler ce système dans les prochaines semaines", dit-il en substance. 
Si sur le plan sportif, ce n'est pas fameux, l'aspect extra-sportif n'est guère brillant. Sur ce coup, le président Jacques Aubry espère plus d'implication de la part de Damien Raths, le Luxembourgeois propriétaire des clubs de l'Avenir Bergen (Lux) et Uerdingen (ALL). 

"C'est surtout un manque de communication qui fait défaut pour le moment. On attend de l'investisseur qu'il fasse un signe positif, et c'est ça qui nous tracasse. Sportivement, il suffit de gagner 2-3 fois et on remonte au classement. Tout n'est pas à jeter ! On a montré de belles choses par moment. Girvry ne va pas bien et n'est pas encore aux soins intensifs.  Non, Givry n'est pas mort ", dit-il. 
Même si le noyau soutient son nouveau coach, le staff et les bénévoles du club, le moral des joueurs en prend un coup. Certains joueurs ne sont pas payés et affirment même venir jouer "le ventre vide". Une situation qui n'est pas facile à gérer et à vivre. 

Rien n'est perdu, la saison est encore longue. Il faut garder espoir et espérer que les Canaris prendront enfin...leur envol. 


Laurent Trotta





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus