Santé

Les urgences de Libramont et le PIT de Bouillon pour sortir Bastogne du rouge

video loading
loading video
 Publié le mercredi 30 juin 2021 à 17:41 - Mis à jour le jeudi 01 juillet 2021 à 16:34    Bastogne - Bouillon - Libramont - Province

L’hôpital de Bastogne fait actuellement face à un manque cruel de personnel infirmier, au point de mettre en difficulté plusieurs départements. Celui des urgences n’y échappe pas. Par manque de personnel, le service SMUR sera contraint de rester au poste près de la moitié des nuits, rien que sur ce mois de juillet. Une situation évidemment intenable, qui met en péril les habitants de la région. Pour éviter d’en arriver là, des renforts seront apportés par l'hôpital de Libramont et par le PIT de Bouillon. Objectif annoncé : “offrir la meilleure solution pour assurer les premiers soins de manière égale sur tout le centre-ardenne”.

Des infirmiers de Libramont pour compléter l’équipe de Bastogne

Nous l’avons déjà écrit, c’est ce jeudi 1er juillet qu’entre en vigueur la fusion entre les hôpitaux de Libramont et Bastogne. Pourtant, cela fait déjà plus d’un mois, que les infirmiers urgentistes du CHA viennent régulièrement épauler les équipes de Bastogne. “Pour nous c’était une évidence, nous confie un urgentiste libramontois. La priorité, c’est la sécurité et la vie des patients.” 

L’appui se fait uniquement sur base volontaire et les infirmiers qui jouent le jeu de la complémentarité, peuvent prétendre à une prime de déplacement. Prime qui sera maintenue après fusion, nous confirme le directeur général Yves Bernard : “Toute personne qui accepte de se rendre sur une autre implantation bénéficie d’une prime de mobilité inter-institutions. La question était de savoir si cette prime serait maintenue dès lors que Bastogne et Libramont fusionnent une seule et même institution. Nous pouvons le confirmer, Vivalia va maintenir cette prime de mobilité “inter-sites” ”.  

Une quinzaine de nuits sans SMUR à Bastogne

Si important soit-il, l’apport en personnel de Libramont ne remplit pas toutes les cases vides… Certaines nuits, une quinzaine sur le mois de juillet (!) , les urgences de Bastogne ne seront pas en nombre suffisant pour assurer les permanences du SMUR. 

Pour le mois de juillet, Bastogne nous a annoncé une quinzaine de nuits où le SMUR sera au rouge, nous confirme-t-on au service 112 de la province. Cela veut dire que le véhicule SMUR n’est pas en capacité d’effectuer une mission. En cas d’appel au 112, nous ferons partir des SMUR ou PIT au départ d’autres sites : Libramont, Arlon, Marche-en-Famenne, Bra-sur-Lienne, selon l’endroit.

Le PIT de Bouillon déplacé à Libramont certaines nuits

Mais selon l’endroit de départ, l’intervalle médical libre (le temps d’intervention)  n’est sensiblement pas le même… Aussi les équipes de Vivalia ont réfléchi à une solution qui sera arrêtée ce vendredi en comité de coordination.  Il s’agit de déplacer les équipes et véhicule du PIT de Bouillon sur le site de Libramont. De la sorte, le 112 disposera de deux possibilités de sortie, SMUR et PIT, au départ du CHA, pour rayonner sur tout le centre-ardenne. “Il faut bien se rendre compte que nous avons pesé tous les éléments, rassure un urgentiste. Le PIT de Bouillon sort relativement peu durant les nuits, et une partie des appels d’urgence peuvent être pris en charge par les ambulanciers de la région. Sans compter que le SMUR de Sedan est à un quart d’heure de Bouillon.” 

Limité à certaines nuits, ce transfert du PIT de Bouillon vers Libramont sera aussi limité dans le temps. “Il n’est pas question d’en faire une solution définitive, juste le temps de passer le cap”, assure Yves Bernard.  Un dispositif soutenu par le bourgmestre de Bouillon : “Pour nous, il en va de la solidarité provinciale”, acquiesce Patrick Adam. “Le PIT sera en journée à Bouillon et ce transfert nocturne est temporaire. En outre nous avons eu la confirmation qu’une fois la situation débloquée, le PIT restera bel et bien à Bouillon.

Reste à savoir le temps que mettront Vivalia et l'hôpital de Bastogne à reformer un cadre tel, que son service d’urgences puisse assurer à nouveau, seul, ses missions… 

Christophe Thiry

(A lire aussi ) Marche-en-Famenne : les urgences dans le rouge