Politique

Chiny : Sébastian Pirlot explique son adhésion au MR

video loading
loading video
 Publié le mardi 29 juin 2021 à 13:08 - Mis à jour le mercredi 30 juin 2021 à 17:02    Chiny

Le MR l'a annoncé à la presse mardi matin : le président du MR, Georges-Louis Bouchez, sera présent au château du Faing de Jamoigne ce mercredi à 9h pour "une annonce importante". Et c'est peu de le dire puisqu'il s'agit de l'adhésion de Sébastian Pirlot, bourgmestre de Chiny et ancien cador du parti socialiste.

Cette fois, c'est clair, Sébastian Pirlot tire définitivement un trait sur son engagement au sein du PS ! Son départ ayant été acté en 2019, le bourgmestre de Chiny avait néanmoins soutenu la candidature de Nathalie Heyard et Mélissa Hanus au scrutin wallon et fédéral. Mais au fil du temps, les désaccords avec le parti sont apparus bien plus nombreux encore. Le dernier en date : le port des signes religieux dans l'administration.

"Moi, je n'accepte pas que pour des raisons électorales, on essaye d'autoriser, notamment, des gens qui portent le voile à travailler au sein d'une administration. Je suis laïc, tout le monde le sait, mais il n'y a pas de flamme laïque au sein de l'administration communale, ni de crucifix parce que j'estime qu'on est au service de la population dans son ensemble".

Le MR serait donc le parti qui correspond aux valeurs de Sébastian Pirlot. Le président provincial et par ailleurs bourgmestre de la commune voisine, Benoît Piedboeuf, s'en réjouit. "Il m'a souvent parlé de son abandon du parti socialiste, je ne pensais qu'il allait demander à rejoindre le MR et puis il l'a fait, il y a deux mois. On a réfléchi et vu comment les choses pouvaient s'organiser. Voilà, c'est un bourgmestre, quelqu'un qui a une carrière, une vision et une analyse".

Et surtout quelqu'un dont le poids électoral n'est plus à prouver, en témoignent ses anciens mandats de député provincial, wallon et fédéral. A ce titre, les ambitions sont-elles déjà claires ?

"On est loin des échéances de 2024" assure Georges-Louis Bouchez, président du MR. "Il n'y a pas eu de négociations sur ce genre de choses donc c'est un véritablement un choix de conviction et militant. Sébastian est arrivé en disant qu'il ne demandait rien et effectivement, il n'y a pas eu de discussions sur ces points. De toute façon, vous le savez, nous avons déjà pas mal de représentants en province de Luxembourg qui occupent des fonctions d'importance".

Du côté de la fédération luxembourgeoise du MR, on ne se cache pas du fait que Sébastian Pirlot pourra en tout cas être utile au vu de ses compétences en matière socio-économique, au niveau de Vivalia ou Idelux par exemple. Quant aux futurs scrutins électoraux, rien ne serait programmé. Ce qui veut dire aussi que rien n'est exclu...

N. Lefèvre