Info

Un escape game pour aiguiller les soignants confrontés à l'épuisement

video loading
loading video
 Publié le vendredi 20 mai 2022 à 11:48 - Mis à jour le vendredi 20 mai 2022 à 15:39    Province

Durant une dizaine de jours, des soignants ont pris part à un escape game. Un jeu organisé par la cellule d'accompagnement des professionnels de la santé de la province de Luxembourg et ce, pour les aiguiller en cas d'épuisement émotionnel. 


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Une heure : c'est le temps accordé aux équipes (quatre soignants) pour identifier les symptômes d'un médecin qui s'est enfermé dans un caisson. Un médecin qui souffre d'une charge de travail trop importante et dont découlent une perte d'empathie, une humeur maussade ou encore des rhumatismes. "Personnellement, dans le monde infirmier, ce sont des symptômes que l'on voit de manière régulière", confie Michel Borgs, chargé de formation continue en milieu infirmier. "J'ai déjà eu des collègues qui sont partis en burn-out et présentaient ces symptômes d'irritabilité, de perte de sens et de valeurs dans leur métier".

La cohésion avant l'isolement

Ce n'est un secret pour personne, le personnel soignant, et principalement infirmier, est en souffrance depuis plusieurs années. L'escape game fait appel à la cohésion face à l'isolement parfois, voire souvent ressenti dans la profession. Une séance de médiation suit le jeu avec quelques conseils pour un mieux-être au travail. "Des petits conseils pour concilier vie privée et professionnelle ou encore revoir ses priorités au quotidien", confie Emilie Thiry, chargée de projet pour la cellule d'accompagnement des professionnels de soins de santé de la province. "On se rend compte que, dans les équipes infirmières notamment, il y a pas mal de "non-dits" ou des problèmes de communication qui peuvent survenir".

Et le manque de personnel ?

200 personnes se sont inscrites volontairement à ce jeu, soit presque le nombre d'infirmiers qu'il manque dans les hôpitaux. 150 ETP sont toujours nécessaires pour mieux faire tourner les services. Partant de là, peut-on vraiment améliorer le bien-être au travail du fait de ces problèmes structurels ? "C'est vrai qu'il y a d'autres problèmes et il y a sûrement d'autres actions à mener au niveau structurel" concède le député provincial en charge de la santé, Stéphan De Mul. "On travaille aussi sur cet aspect-là, mais ici c'est plutôt un aspect personnel de réflexion par rapport à son travail".

De nouvelles réformes dans les institutions de soins de santé ont de nouveau été réclamées ce matin en prévision du Codeco. Après plusieurs années de crise, force est de constater que la situation du personnel soignant en général n'a guère changé.


Nicolas Lefèvre





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus