Société

Difficile de vivre légalement dans une tiny house

video loading
loading video
 Publié le vendredi 03 mars 2023 à 12:10 - Mis à jour le vendredi 03 mars 2023 à 17:00    Province

S'il est permis d' être domicilié dans des habitations dites légères en Région wallonne,  les démarches pour y parvenir sont parfois compliquées. Une situation que regrette Alexandra Etienne, adepte de ce type de concept de plus en plus prisé. 


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Alexandra vit dans sa micromaison depuis juin 2021. Elle ne souhaite pas divulguer là où elle habite. Le code wallon de l'habitation durable semble floue pour de nombreux candidats désireux d'adopter ce mode de vie.  La jeune femme plaide pour un assouplissement des critères légaux pour ce type d'habitat léger.  Elle invite également les communes à être moins frileuses quant aux autorisations délivrées pour obtenir un permis d'urbanisme. 

 "Jai rencontré des responsables de plusieurs communes de la Province de Luxembourg et beaucoup sont frileux.  Soit ils ne connaissent pas bien le cadre légal, soit ils ne veulent pas s'impliquer car ils craignent la réaction d'autres habitants ou simplement ne se rendent pas compte de la demande croissante de personnes voulant être domiciliées dans ce type d'habitat. C'est aussi possible qu'il y ait un certain manque d'intérêt à trouver des réponses" témoigne Alexandra.

Avantages et inconvénients

Dans le cas d Alexandra, ce sont les circonstances de la vie qui l'ont poussée à choisir cette option.  "J'habitais chez mes parents lorsque j'ai eu l'idée de traverser l'Italie à pied.  En rentrant je me suis rendue compte que je n avais en fait pas besoin d'autant de vêtements et de chaussures.  J'ai trouvé l'aspect minimaliste intéressant .  L'aspect financier m'a également séduit" explique la jeune femme.  Aujourd'hui, Alexandra est convaincue et désire plus que jamais continuer à vivre dans sa tiny house.  Un choix qui recèle de nombreux avantages, notamment sur le plan écologique. Et de poursuivre : "ma tiny est sur roue, donc, si je la déplace demain, je ne laisse pas de traces.  L'idée c'est que je me raccorde également à une citerne d'eau, à des panneaux solaires aussi, mais en taille réduite,  juste pour ma propre consommation". 

S'il y a beaucoup de points positifs, force est de constater que ce type d'habitat ne convient pas à tout le monde.  Certains inconvénients sont aussi à épingler.  Alexandra Etienne de détailler : " j' aime beaucoup les fêtes et ici,  je ne peux pas inviter beaucoup de gens.  Difficile aussi de vivre à deux à long terme, je trouve.  Pour les hobbys, ce n est pas évident non plus.  Il me serait impossible de jouer de la batterie ici".  

Ce mode de vie semble taillé sur mesure pour Alexandra.  Il lui permet de consacrer son temps à ce qu'elle apprécie vraiment comme les randonnées, la cuisine ou encore la lecture.  Son quotidien, elle le veut dénué de contraintes inutiles.  Son habitation lui ressemble : authentique,  simple et le plus possible en phase avec la nature

Informations utiles sur les tiny houses


Nadine Urbain