Info

"Nourrir Saint-Léger" : une semaine de réflexion et de formations pour revoir notre alimentation

video loading
loading video
 Publié le mardi 23 mai 2023 à 15:21 - Mis à jour le mardi 23 mai 2023 à 16:13    Saint-Léger

La commune de Saint-Léger s’est mise au diapason de villes comme Verviers, Bruxelles, Huy-Waremme pour proposer animations et réflexions autour de la transition alimentaire. L'opération a été lancée samedi autour d'ateliers participatifs et d'un marché des producteurs locaux.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Des chips, de la saucisse, des cacahuètes… Allez, on l’avoue,  on succombe tous à ces apéros, hyper gras, hyper salés. Et si on changeait nos habitudes ? C'est ce que propose Sandra Koos, médecin généraliste reconvertie dans la pâtisserie saine et gouteuse. "On peut le faire petit à petit. Préparer des petits sablés au parmesan et au chorizo, pour l'apéro c'est délicieux, ou du granola maison, avec du miel et des fruits secs, beaucoup plus nutritif que les produits industriels".

Durant toute la journée de ce samedi,  Saint-Léger s’est ouvert aux producteurs de la région. Une journée de consommation, et de réflexion aussi, imaginée et montée par quelques citoyens engagés dans la résilience alimentaire.  "Le point de départ, c'est un constat : des inondations, des périodes de sécheresse... On s'est dit qu'il fallait bouger. D'où l'idée de réconcilier les producteurs et les consommateurs pour essayer de consommer autrement", explique Sébastien Traversin, membre bénévole de cette semaine "Nourrir Saint-Léger".

Consommer autrement cela conçoit de diverses manières : sous forme d’atelier philo avec les plus jeunes, ou lors d'ateliers pratiques pour les adultes. Dans la salle de village, une quinzaine de citoyens s'essaient à la lacto-fermentation, une technique de conservation ancestrale, qui revient au goût du jour.  "Mais il faut envisager cela comme un plus dans notre alimentation, pour apporter un autre type de saveur", recadre Yves-Damien Gislain.

Et en matière de goût, rien n’égale celui du pain, cuit au feu de bois. Voici deux ans,  une dizaine de bénévoles ont relancé le four de l’ancien château. "Nous proposons des formations tous les quinze jours, pour apprendre à "bouler" le pain et à le cuire selon la tradition", indique Patrick Poncelet, ancien boulanger et formateur.

Largement plébiscité  pendant la crise Covid, les produits bio et régionaux ont un perdu de leur superbe dès le retour à la normale. Le succès de cette journée relance la dynamique. Au moins à Saint-Léger.


Christophe Thiry