PPA: un drone pour repérer les sangliers

× La consultation gratuite du site de TV Lux est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 Publié le vendredi 13 septembre 2019 à 11:59 - Mis à jour le vendredi 13 septembre 2019 à 12:21    Etalle

Ce 13 septembre, cela fait un an jour pour jour qu'on apprenait la découverte de sangliers atteints de peste porcine africaine près d'Etalle. Un an après, les élevages de porcs sont toujours à l'arrêt en Gaume, les forestiers ne peuvent exploiter que les bois scolytés et la lutte se poursuit pour tenter d'éradiquer les sangliers. C'est loin d'être facile. Tous les moyens sont bons pour détecter la moindre trace. En ce moment, l'administration utilise un drone de la Protection civile. Utilisé généralement dans la recherche de personnes disparues, ce drone tente aujourd'hui de repérer des sangliers dans la zone infectée.

Le drone est utilisé à la demande du DEMNA.  "Les champs de maïs (et les zones marécageuses) sont survolés pour détecter des sangliers vivants, des carcasses ou des traces afin d'orienter les tirs de nuit", explique Alain Licoppe du Département de l'Etude du Milieu Naturel et Agricole qui lutte depuis un an contre la propagation du virus.

C'est que l'animal se fait rare.  5000 sangliers sont morts dans la région en un an. Plus de 3700 ont été analysés dont 1500 en zone infectée. 827 se sont révélés positifs. Si des sangliers sont encore tirés régulièrement, le dernier positif a été tué  le 12 août dernier et la dernière carcasse retrouvée en juillet.

La population de sangliers a fortement baissé mais il reste encore de petits groupes ça et là dans la zone infectée, des sangliers probablement résistants au virus. L'objectif est d'éliminer totalement le sanglier ou en tous les cas le moins possible. Et pour cela, l'administration sollicite encore l'aide des chasseurs.




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.



Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte