Nature

Vaux-sur-Sûre : le Zooparc a accueilli ses premiers visiteurs

video loading
loading video
 Publié le jeudi 26 mai 2022 à 17:40 - Mis à jour le vendredi 27 mai 2022 à 12:38    Vaux-sur-Sûre

C'est un rêve qui se réalise pour Kévin Liban : son Zooparc a ouvert ce jeudi de l'Ascension. Installé à Vaux-sur-sûre et soutenu par la commune, il s'est concrétisé aujourd'hui après 1 an de travaux et 120.000€ d'investis.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Une réelle balade dans notre forêt ardennaise avec des animaux d'ailleurs, est maintenant possible à Vaux-sur-sûre. Zooparc n’est ni vraiment un parc, ni vraiment un zoo comme les autres. Tout en gardant le charme ardennais, les animaux exotiques se fondent parfaitement dans le décor.

Kevin Liban prouve à tout le monde que quand on veut quelque chose, il faut se lancer. Il a toujours été passionné par les animaux et travaillait dans un parc animalier qui ne lui convenait plus. Il a donc décidé de créer le sien, avec un côté plus éthique et beaucoup plus porté vers le bien-être animal.

Pour se procurer les animaux, il s'est basé sur un système de partage. Le Zooparc, n'ayant pas encore d'animaux à partager, a pu compter sur des dons venus de toute l’Europe.

« C'est vraiment un partenariat au niveau européen  avec les parcs zoologiques : on est allés chercher les suricates à Mulhouse, les chiens de prairies à Sainte-Croix, on est allés jusqu'au Pays-Bas pour aller chercher les écureuils.» déclare Kévin Liban.
Les animaux n'ont pas de valeur monétaire et peuvent donc être échanger à n'importe quel niveau, l'important pour le Zooparc est avant tout le bien-être animal. Un éléphant pourrait par exemple être échangé contre un suricate. L’important c’est le brassage génétique des espèces. Un mélange doit en effet obligatoirement être fait pour qu’il n’y ai pas de consanguinité au sein d’une même espèce.

Parmi les 15 personnes qui travaillent corps et âmes dans cette ASBL,  12 sont bénévoles. Certains sont des admirateurs d'animaux depuis toujours, mais pas forcément :

« Je travaille comme comptable et j'ai découvert ce projet sur internet, je m'y suis intéressé et de fil en aiguille je suis devenu suis trésorier. Souvent je prends des jours de congé pour savoir venir ici »  nous explique Marc Garant, bénévole depuis plusieurs mois. 
Le premier jour d'ouverture est un succès, les visiteurs se succèdent depuis 10h30. Familles, couples, amis, Vaux-Sûrois et autres; nombreux sont les curieux qui viennent voir "ce que ça donne". Et les visiteurs sont bel et bien séduits, que ça soit par les animaux, ou par la cause ;

"Je trouvais ça intéressant d'avoir cette initiative dans notre région. On voit qu'il y a certaines espèces qui ont été recueillies ou qui étaient blessées. Notamment les tortues, il y en a qui étaient abandonnées. La démarche est vraiment tournée vers le bien-être animal." remarque Jessica Mayon. 
Le parc reste en phase de lancement jusqu'à cet été : quelques travaux d'aménagements doivent encore être fait et quelques animaux manquent encore à l'appel. Après 1 an de travaux, il était l’heure d’ouvrir pour les organisateurs, même si ce n’est pas totalement fini. Pour cela, le parc est actuellement à prix réduits pour les visiteurs.

Au grand plaisir des visiteurs, 12 espèces sur les 18 prévues sont cependant déjà bien installées. Actuellement vous pourrez par exemple voir des :

  • Amazones fronts bleus
  • Oustitis
  • Chinchillas
  • Grues couronnées
  • Suricates
  • Harfangs des neiges 
  • Chiens de prairie
  • Mouffettes
  • Tortues de Floride
Et plus tard, le parc sera aussi doté de zèbres, de flamands roses, de lémuriens ou encore de renards polaires. Toutes les infos et la billetteries sont disponibles sur leur site


Demazy Anaïs





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus