Nature

Houffalize. Des chèvres pour entretenir les versants abruptes

video loading
loading video
 Publié le jeudi 05 mai 2022 à 10:05 - Mis à jour le jeudi 05 mai 2022 à 10:45    Houffalize

Houffalize se lance dans une nouvelle expérience : l’écopâturage. Déjà pratiqué à Vielsalm, la commune a fait venir une quinzaine de chèvres sur des terrains difficiles d’accès, et donc difficile à entretenir. 


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Elles ont débarqué lundi matin sur leur nouveau lieu de vie, un des versants abruptes qui s'ouvre sur Houffalize en arrivant de Bastogne. A peine sorties de leur bétaillère, les quinze chèvres de Stijn Vandyck, éleveur à Vielsalm, n'ont pas tardé à goûter aux jeunes pousses et rejets printaniers : "Après avoir passé l'hiver dans la bergerie, elles sont contentes d'être dehors."
Dehors, elles y vivront quelques mois, jusqu’à début ou fin octobre selon la météo, en parfaite autonomie. "Elles vont se nourrir de ronces, d'arbustes, de rejets d'arbres. Elles ont aussi une source d'eau à disposition. Tout va bien se passer", assure l'éleveur.

Des chèvres pour remplacer des entretiens mécaniques

Les jeunes pousses vertes ne devraient pas y résister. Et c’est bien là l’objectif  visé  par la commune de Houffalize, en quête d’une solution naturelle pour éviter de se faire à nouveau submerger par la végétation,  sur cet hectare de terrain escarpé. "En 2017, nous avions créé une ouverture paysagère pour dégager la vue sur les deux entrées de Houffalize, l'une sur la rue de Bastogne et l'autre sur la rue de Libramont. Ça s'était fait avec des engins mécaniques et ça avait coûté 43.000€ à la commune", rappelle l'échevin Philippe Cara.
Cinq ans plus tard, la végétation commence à reprendre ses droits, et pour éviter une nouvelle intervention du même type, Houffalize s'est tournée vers l'écopâturage. "En plus de l'aspect écologique il y a une plus-value  touristique et économique". Mis à part l’investissement de 12.000€ pour la pose des clôtures, il en coûtera à la commune six euros par mois par tête.

La race idéale pour l'écopâturage

Plus rustique et agile que le mouton, ces chèvres des Fossés, de race Normande, sont utilisées depuis cinq ans déjà en écopâturage sur la réserve naturelle du Bec du Corbeau à Vielsalm. "C'est une race qui a des longs poils pour mieux résister aux intempéries, qui respecte les clôtures et qui est très docile", souligne Stijn Vandyck.

D'ici quelques mois, Houffalize doublera l’expérience sur une autre de ces parcelles accidentées : rue de Libramont, entre l’ancien casino et l’athénée royal.


Christophe Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus