Nature

A Attert, de nouvelles essences d'arbres pour lutter contre les scolytes

video loading
loading video
 Publié le mercredi 03 novembre 2021 à 14:14    Attert

Dans la commune d'Attert, un dispositif expérimental a été mis en place pour permettre la plantation de nouvelles essences d'arbres.  De nouvelles essences qui permettraient de contourner la problématique des scolytes ravageant les épicéas.  Cap sur Heinstert.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Dans la commune d'Attert en collaboration avec le centre de développement agroforestier de Chimay, on procède à des replantations expérimentales d'arbres, sur plusieurs hectares.  Mais attention : plus question d'épicéas, une essence condamnée à disparaître dans nos régions selon de nombreux spécialistes, à cause du problème lié aux scolytes.  Le bourgmestre Josy Arens explique : "Ici, nous sommes vraiment dans un champs expérimental.  Trois essences seront plantées et à Post, nous planterons une essence en plus.  Par ailleurs, nous avons éliminé l'érable sycomore car ils sont dangereux pour les chevaux.  En tous cas, on espère beaucoup de cette technique de préparation du sol et de plantation afin que les racines puissent se développer plus rapidement et plus sereinement".  

Trois nouvelles essences

 Les nouvelles essences plantées ici seront le douglas, le mélèze et le chêne Sessile.  Gauthier Gailly précise : " ce sont des essences plus acclimatées à la station et au climat.  On va essayer de voir quels sont les meilleures, point de vue croissance et rendement, dans les futures exploitations à l'avenir.  Le développement d'un arbre peut aller de 40 ans à 150 ans pour le chêne.  Donc, certes,  on aura déjà déjà des résultats dans les premières années mais il faudra attendre plusieurs dizaine d'années pour réellement voir les rendements futurs"

Aide de la région wallonne

La région wallonne continue de réagir à cette fameuse problématique des scolytes et l' organisme continue plus que jamais à tenter d'éradiquer cette crise. Selon  Benoît Tassigny, échevin en charge de la forêt : "La région wallonne, qui ne connaît que trop bien cette problématique, pousse les communes à replanter.  Donc, nous, on a remis un dossier et on a été sélectionnés.  Finalement, on a bénéficié d'un droit de tirage qui correspond à 30 000 euros

Ce type d'expérimentation  sera de plus en plus courante chez nous.   Nos forêts n'échappent en effet pas aux ravages de l'insecte xylophage.   Pour rappel, en Wallonnie, plusieurs millions de mètres cubes d'épicéas ont été touchés depuis le début de la crise. Rien qu'à Attert,  le chiffre de 80 000 mètres cubes est cité.  


Nadine Urbain





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus