Info

Inondations. Retour à Bomal, Juzaine et Aisne où les choses avancent lentement et parfois pas du tout

video loading
loading video
 Publié le jeudi 20 janvier 2022 à 17:11 - Mis à jour le vendredi 21 janvier 2022 à 09:36    Durbuy

Six mois après les inondations du 14 juillet et cinq mois après un premier reportage, nous sommes retournés dans les villages de Bomal, Juzaine et Aisne, sans la commune de Durbuy. Vous allez le voir, les choses avancent très lentement ou pas du tout.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Entre expertises, contre-expertises, espoir et désespoir, les fortunes sont diverses. Les sinistrés sont fatigués mais ne baissent pas les bras. Vous allez le voir. Nous retournons tout d'abord chez ce couple, rue du marché, à Bomal. Et ce n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une retraite tranquille pour Alfred et son épouse. Ces six derniers mois, leur situation n'a pas avancé d'un pouce. Seule la chaudière a été remplacée.

Quelques mètres plus loin, nous retournons chez François Guiset. Il y a cinq mois, il faisait sauter les plâtres avec un ami. Aujourd'hui, il n'est pas là mais ses beaux-frères oui. Ils sont bricoleurs et retraités. Ils viennent trois à quatre fois par semaine. Fin décembre, en effet, le feu vert a été donné pour reconstruire ce que l'eau avait dévasté en juillet dernier. En un mois, avec l'aide d'André également, les choses ont enfin avancé.

Dans la rue du marché, les corps de métier font enfin leur apparition. C'est la première intervention de cet entrepreneur sur cette maison. Cinquante pourcents des habitants ici n'auraient pas réintégré leur logement. A Juzaine, c'est le cas de Jeanine et José. Depuis six mois, ils logent chez leur fille.

Seule éclaircie dans ce flot de détresse, Jeanine et son époux André. Pour la première fois depuis la mi-juillet, ils partagent un repas dans leur maison avec la sœur de Jeanine et son époux. L'espoir, la force de caractère et un brin de chance, le couple n'a pas dû avancer d'argent pour ses travaux. Il peut donc trinquer à l'avenir que tous espèrent meilleur et au sec... 

Nouvel appel à projets "Vis mon village" pour les communes rurales sinistrées

La Fondation Roi Baudoin lance un appel à projets "Vis mon village" exclusivement réservé aux communes rurales wallonnes touchées par les inondations de juillet dernier. Il s'agit de soutenir des initiatives positives d’habitant.e.s qui s’engagent pour faire (re)vivre leur village, quartier ou hameau, et y (re)tisser du lien social. Un budget de 200.000 euros est consacré à ce nouvel appel, lancé en collaboration avec avec Céline Tellier, Ministre wallonne de la Ruralité. Les projets retenus bénéficieront chacun d’un soutien de 5.000 euros maximum en vue de leur réalisation concrète.

Les projets doivent avoir un lien direct avec les inondations et peuvent être introduits par :
- des collectifs d’habitants d’un village, associés de manière formelle (association sans but lucratif…) ou informelle (association de fait, groupe d’habitants, comité de voisinage…) ;
- des associations ou des organisations travaillant au niveau local (maisons de jeunes, centres culturels, associations socio-culturelles…) ;
- les habitants et associations ou organisations situés sur les communes faisant l’objet d’une reconnaissance ‘calamité naturelle’ par le Gouvernement wallon.

Les dossiers de candidature doivent être introduits pour le 8 mars 2022 via le lien suivant : https://www.kbs-frb.be/fr/vis-mon-village-2
Les projets retenus seront connus fin mai 2022.

 
 
 


Samira Boudou





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus