Economie

Luxembourg : les entreprises de construction sont en pénurie de matériaux et de main d’oeuvre

video loading
loading video
 Publié le vendredi 28 mai 2021 à 14:00 - Mis à jour le vendredi 28 mai 2021 à 16:15    Province

Alors que s’ouvrent ce dimanche les journées “Chantiers ouverts”, la Confédération de la Construction de la province de Luxembourg dresse le bilan de ces derniers mois dans un secteur touché par la crise Covid ; par des retards d'approvisionnement et hausses de prix de certaines matières premières ; et -comme toujours- par une pénurie de main d’oeuvre. 

Des matières premières manquent et deviennent plus cher

97% des entreprises nous disent manquer de matériaux sur leurs chantiers, avance François Cloos, directeur de la confédération de la construction. Cela touche le bois, le PVC, les produits de peinture et isolants. Cela a comme conséquence, une hausse des prix.”

La raison est essentiellement due à la forte demande de pays étrangers : les USA pour le bois et la Chine pour l’acier. 

Dans notre société, la pénurie touche tous les bois usinés : lamellé-collé, bois rabotés… se désole Laurent DE WAEL, chef d’entreprise de travaux de toitures, et président de la Confédération Construction - Luxembourg. Dès la commande, on nous annonce des délais importants, minimum six à huit semaines. Et la plupart du temps ces délais ne sont pas maintenus, reportés de semaine en semaine.” Difficile dans ces conditions de planifier le travail des équipes et des chantiers. 

Etablir des devis avec le prix du jour

Difficile aussi de se positionner au moment des remises de prix. “C’est en effet compliqué pour les entrepreneurs, estime François Cloos. Les marges de cette dernière année sont déjà très serrées à cause de la crise Covid et des mesures imposées.” 

“ Le problème est que nous travaillons sur des devis signés voilà plusieurs mois, complète Laurent De Wael. Avec les délais de retard et ces augmentations, il n’y aura pas le choix, il faudra trouver une solution pour répercuter la hausse sur la facture.” La solution, pour éviter toute mauvaise surprise pour l’entrepreneur, serait d’établir des devis sans tarif fixe pour les matériaux. “Nous les encourageons à pratiquer selon une formule “tarif du jour”, précise François Cloos. Au moins, le temps que cette situation de pénurie revienne à la normale.

20% en moins à cause de la crise Covid

En 2020, le secteur a enregistré une diminution de son chiffre d’affaires de l’ordre de 20%. “Cela avait pourtant bien commencé, les carnets de commande étaient bien remplis, explique François Cloos. Mais les chantiers ont été perturbés. Certaines entreprises ont fermé pendant quatre semaines, faute d’approvisionnement, ou par suite de l’interdiction de travail en intérieur.” 

Sans compter les mises en quarantaine, voire les dédoublements de véhicules pour se rendre sur les chantiers pour limiter le nombre d’ouvriers à bord. Autant d’imprévus qui ont réduit les marges bénéficiaires…

D’autres secteurs en revanche ont été les gagnants de la crise : les piscinistes, les cuisinistes, par exemple, ont vu leurs carnets de commande exploser. 

Que les jeunes n’hésitent pas à se lancer !

Je suis persuadé qu’on fait un des plus beaux métiers, plaide Laurent De Wael, avant d’ajouter : mais plus personne ne veut se lancer”. 

Et pourtant il y a dès maintenant et il y aura encore dans le futur un énorme besoin en main d’oeuvre. “Il y aura du travail non pas pour les 2-3 prochaines années, mais pour les prochaines décennies", promet François Cloos. 

Et pour cause, afin d’atteindre ses objectifs énergétiques, la Wallonie va devoir investir des sommes considérables dans la rénovation de bâtiments privés et publics. De nouveaux métiers, de nouvelles spécialisations vont aussi se créer, autour des nouveaux matériaux, des nouvelles technologies, de l’usage des drones… 

Des métiers en pleine évolution, des emplois rémunérateurs

Outre le fait que les métiers dans la construction sont moins durs qu’avant, “ce sont aussi des métiers qui paient très bien, insiste François Cloos, le directeur de la confédération Construction province de Luxembourg. “Une récente étude de SDWorx réalisée sur 130.000 ouvriers et 7000 entreprises, montre que sur les 10 métiers ouvriers les mieux payés, 8 sont issus de la construction. Et cela, sans tenir compte des avantages sectoriels.”

La confédération Construction se montre aussi favorable à une révision de l’enseignement des jeunes, en insistant sur la formation en alternance. “Nous avons un métier qui permet de commencer sans aucune base. On connait tous des chefs d’entreprises, parfois très importantes, qui se sont formés sur le terrain et ont gravi les échelons”, appuie Laurent De Wael. 

Pour les jeunes qui souhaitent obtenir des renseignements sur les métiers de la construction, la Confédération a mis en ligne le site « jeconstruismonavenir.be ». Il permet d’orienter toute personne qui souhaite des informations sur le secteur, connaître les avantages, les métiers et être mis en contact avec un conseiller.

Des journées chantiers ouverts en mode virtuel

Cette année, mesures sanitaires obligent, les journées chantiers ouverts se dérouleront en virtuels. Les visiteurs pourront de chez eux, pénétrer au cœur des 124 chantiers ouverts en Belgique, dont trois en province de Luxembourg : l’extension du Mardasson, un éco-quartier à Arlon et 14 lodges “zéro énergie” à Saint-Médard. 

Les vidéos seront accessibles pendant un mois. 

Christophe Thiry