Dès le 9 juin, le WEX proposera Battlekart : du karting sur circuit virtuel

 Publié le vendredi 04 juin 2021 à 17:02 - Mis à jour le vendredi 04 juin 2021 à 17:22    Marche-en-Famenne

Après Mouscron et Courtrai, Marche-en-Famenne sera dès le mercredi 9 juin la troisième ville belge où on pourra tester Battlekart, un concept inventé par un mouscronois en 2015. Inspiré d'un célèbre jeu vidéo, l'activité plonge les participants dans un univers virtuel, tout en pilotant des de vrais machines. 

 

Désireux de diversifier leurs activités, les dirigeants du WEX de Marche-en-Famenne viennent d'inverstir quelques 700.000 euros dans un concept révolutionnaire. Dans un palais 6 totalement vide, ou presque, des karts électriques, bien réels, évoluent sur un circuit totalement virtuel. Tout est le fruit d'une cinquantaine de projecteurs qui diffusent l'image au sol en fonction du mode de jeu. 

"On connaissait le WEX pour les concerts, les salons. Désormais nous ajoutons la corde "loisir" à notre arc. Nous avons décidé de condamner le Palais 6 pour faire place à cette activité de manière permanente", souligne Laurent Briou, directeur du WEX. L'espace n'étant pas occupé au sol, hormis par un bus aménagé servant à l'accueil des participants, le Palais pourra toujours être utilisé pour les grands salons, environ deux mois par an.


Sensations garanties


Si depuis le bord de la piste la vitesse semble relativement réduite, une fois sur le kart, les sensations sont clairement au rendez-vous. Le mode de jeu  course, qui sera sans doute le plus populaire, est clairement inspiré d'un célèbre jeu vidéo mettant en scène des Karts avec un petit plombier moustachu. A l'instar du jeu sur console, des boutons sur le volant et des indications dans un écran embarqué vous permettent d'interagir avec les autres participants en temps réel.




Au total, 5 modes de jeu différents sont proposés au public :

  • Battle Race
  • Battle Colour
  • Battle Foot
  • Battle Virus
  • Battle Snake

 

Une session dure quinze minutes. Comptez une vintagine d'euros par personne. Un tarif de base qui peut diminuer selon le nombre de sessions ou selon le jour. Destiné au grand public, mais aussi aux entreprises et autres évènements ponctuels, le concept devrait rencontrer un certain succès dans les prochains mois...


Antoine MASSON