Info

Des élèves d'une école de Forrières privés de chauffage

video loading
loading video
 Publié le vendredi 22 octobre 2021 à 13:20 - Mis à jour le vendredi 22 octobre 2021 à 15:21    Nassogne

Ce vendredi matin, notre rédaction a été contactée par le grand-père d'un des élèves de l'école d'enseignement spécialisé "Le village des couleurs". Il nous a été rapporté des conditions vie insupportables au sein de l'établissement scolaire. Ce dernier n'est toujours pas en ordre au niveau de la chaudière touchée par les inondations. 


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Des murs humides, des chaufferettes qui font régulièrement sauter l'électricité et des toilettes à l'extérieur de l'école, voilà les conditions dans lesquelles doivent vivre des enseignants et une partie des élèves de l'école "Le village des couleurs". Une situation qui n'a rien d'attirant et cela s'entend aux dires de parents pour le moins excédés.

Suite aux inondations, et comme nous le rapportions en août dernier, huit classes de l'école "Le village des couleurs" sont devenues inutilisables.

Après avoir travaillé d'arrache pied pour la rentrée de septembre, les équipes provinciales, en charge de l'établissement, ont installé une bonne partie des élèves au sein de l’internat de l’Institut médico-pédagogique (IMP), situé plus haut. Le reste doit aujourd'hui affronter le froid au seul moyen de chaufferettes électriques. Contactée, Nathalie Heyard, députée provinciale en charge de l'enseignement, exprime elle aussi un certain "ras-le-bol" :

"Suite au sinistre, on a tout de suite commandé une nouvelle chaudière. Mais il y a les délais de commande, la pénurie mondiale suite au Covid et les besoins très importants en Wallonie suite aux inondations. Parallèlement à ça, nous avions demandé une réparation de la chaudière en attendant la nouvelle. C'était prévu cette semaine mais la firme, qui manque de pièces, nous a annoncé un retard de quinze jours. Cela nous place début novembre, juste après les congés de la Toussaint".
En ce moment même, le directeur du pôle d'enseignement de la Province de Luxembourg est sur le terrain pour trouver des solutions avec les enseignants. "De manière à tenir le coup" conclut Nathalie Heyard.


Nicolas Lefèvre





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus