Coronavirus. Faut-il rouvrir les recyparcs ?

Commune d'Aubange
 Publié le mardi 24 mars 2020 à 18:57 - Mis à jour le mercredi 25 mars 2020 à 17:27    Aubange - Province

MISE À JOUR 25/03 - La réponse du Cabinet de la Ministre Céline Tellier :

"Concernant la position sur la fermeture des recyparcs, les recyparcs wallons restent fermés jusqu’au 05 avril au minimum, pour éviter des regroupements et des déplacements de personnes, en particulier pendant cette phase critique d’ascendance de la contamination. Cela a été demandé et répété par le centre national de crise.

Il en va également du respect de la santé des préposés des recyparcs qui auraient dû gérer une affluence d’usagers importantes en période de confinement et de beaux temps, période propice aux travaux de bricolage et de jardinage.

 La situation est réévaluée tous le jours en parfaite concertation avec les acteurs de terrains, publics et privés. Pour l’instant, les risques sont jugés trop importants et on demande aux citoyens de faire preuve de patience, de solidarité et de civisme en ces temps compliqués, notamment en n’allant pas déverser leurs déchets n’importe où dans le mépris des règles élémentaires de savoir-vivre, ce type de comportement étant inacceptable et punissable".

Plus d'informations pratiques sur le portail « environnement.wallonie.be » où une page est dédiée aux recyparcs en période de confinement.

 

*************************************************************


Des tas de déchets entassés devant les portes du parc à conteneurs d'Aubange, tel est le triste spectacle qu'ont découvert les autorités aubangeoises deux jours après la fermeture imposée par le confinement.

« Avant c'était épisodique mais là ça devient monstrueux » se désole l'échevin de l'environnement, Vivain Devaux. « Depuis la semaine dernière des personnes inciviques déposent tout à l'entrée du parc, et il y a de tout, ce ne sont pas seulement des déchets recyclables ».




Face à cette situation, la commune d'Aubange a écrit ce 24 mars au Gouverneur de la Province de Luxembourg ainsi qu'aux ministres Pierre-Yves Dermagne, en charge des pouvoirs locaux et Céline Tellier, ministre de l'environnement.

Le bourgmestre d'Aubange, Jean-Paul Dondelinger, estime qu'il y a une contradiction dans les directives des deux cabinets ministériels :

« le ministre Dermangne nous demande, communes, d'assurer des missions essentielles dont le ramassage et traitement des déchets ; et la ministre Tellier, ferme les parcs à conteneurs. Ça va poser un problème de salubrité publique ».


Le bourgmestre demande donc qu'on rouvre les recyparcs, en prenant des dispositions, organisationnelles pour réguler le flux des utilisateurs et respecter les règles d'hygiène et de distanciation sociale.

 

Pourquoi a-t-on fermé les recyparcs ?

Du côté de la Copidec, la fédération qui regroupe les 7 opérateurs publics de gestion des déchets en Wallonie, on rappelle que c'est le manque de discipline des usagers qui a conduit à la fermeture des parcs, des sites par nature très fréquentés. La priorité était alors d'empêcher la propagation du coronavirus.

 « On n'était pas demandeurs, on a essayé de faire respecter les règles de distanciation ou de limiter l'entrée des parcs à quelques véhicules, puis il y a eu des débordements » précise Eddy Girardi, coordinateur de la Copidec.

Suite à ces mauvais comportements, le gouvernement wallon a donc décidé le 18 mars de fermer tous les recyparcs du territoire.



Seules les communes Arlon et Bastogne collectent le PMC à domicile

Au niveau de la collecte des PMC (papiers, métaux, cartons), la zone Idelux (et donc le Luxembourg) est une île en Wallonie. En apportant leurs déchets recyclables dans leurs parcs à conteneurs, les citoyens luxembourgeois font figure d'exception.

Partout ailleurs en Wallonie cette collecte PMC se fait à domicile avec des sacs spécifiques. Une pratique qui devrait d'ailleurs se généraliser d'ici deux ans et que testent actuellement les communes d'Arlon, Bastogne et Lierneux.

Conséquence de cette particularité : les citoyens de la zone Idelux sont, pour l'instant, les seuls wallons priés de garder leurs déchets recyclables à la maison.



Peu d'espoir que les recyparcs rouvrent prochainement

Contacté par nos soins, Stéphane Fokan, responsable de la collecte des déchets pour Idelux, comprend la frustration des citoyens mais insiste : « On est dans une situation exceptionnelle qui demande des efforts exceptionnels ».

Il précise d'ailleurs que sur les 54 recyparcs de la zone Idelux, seuls 5 ont connu des dépôts sauvages : Aubange, Malmedy, Gouvy, Arlon et Durbuy.

« Et les plaques d'immatriculation ont été enregistrées et les personnes seront poursuivies » prévient-il.

À moins d'une nouvelle circulaire autorisant une réouverture des recyparcs en Luxembourg, Idelux ne devrait donc pas rouvrir ses parcs : « Si une alternative à la collecte des PMC se met en place, ce ne sera pas via les parcs à conteneurs » précise Stéphane Fokan qui ne ferme pas la porte aux communes.

En attendant, Idelux continue de travailler, l'intercommunale a remis à zéro ses recyparcs et se tient prête à les réactiver lorsque cela sera possible.


La priorité sera le bio et le résiduel

Mais soyons clairs, la tendance n'est pas encore à une réouverture, au contraire, si d'autres provinces maintiennent actuellement la collecte à domicile des PMC, ce ne sera peut-être plus vrai demain.

La circulaire qui encadre la question des déchets précise d'ailleurs, qu'en cas de problème, la priorité devra être mise sur la collecte des déchets résiduels et bio.

Nul ne sait comment l'épidémie impactera le personnel en charge des collectes, dont le service au citoyen est aujourd'hui apprécié à sa juste valeur. Nombreux sont celles et ceux qui manifestent leur gratitude par des messages apposés sur les sacs ou duobacs.




À Aubange comme ailleurs, pour soulager le travail des préposés à la collecte mais aussi celui des services communaux, la meilleure attitude reste donc de faire preuve de civisme et de limiter ses déchets au maximum.


« Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas »
. Un conseil maintes fois répété, pas toujours entendu, mais qui aujourd'hui prend tout son sens.



Frédéric Feller

 

 

 

 







Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris