Comité de concertation : fermerture des écoles et des métiers de contacts, commerces non-essentiels sur rendez-vous

 Publié le mercredi 24 mars 2021 à 13:55 - Mis à jour le mercredi 24 mars 2021 à 16:57    National

Le comité de concertation de ce matin vient de se clôturer par une conférence de presse avec les représentants du gouvernement fédéral, des gouvernements régionaux et des communautés.  Ils ont présenté les nouvelles restrictions pour endiguer l'épidémie du coronavirus en Belgique. 

Voici ce qui a été décidé :

A partir de lundi et jusqu'au 19 avril :

Plus d'enseignement présentiel en primaire, secondaire et supérieur. Des examens pourront néanmoins se tenir la semaine prochaine.

Les classes de maternelles, par contre, restent ouvertes.



Dès ce vendredi et jusqu'au 26 avril :

Les commerces non-essentiels restent ouverts, mais uniquement sur rendez-vous ou via un système de livraisons.

50 personnes maximum sont autorisées dans ces commerces.

Fermeture des métiers de contacts non-médicaux (coiffeurs, tatoueurs, esthéticiennes..).


Le télétravail doit rester la norme et les contrôles en entreprise seront renforcés.

Concernant les contacts sociaux et les déplacements :

La bulle en extérieur repasse de 10 à 4 (enfants de moins de 12 ans non compris).
Le couvre-feu reste d'application de minuit à 5h du matin.

Les voyages non-essentiels à l'étranger sont interdits avec renforcement des contrôles aux frontières. Mais pas d'interdiction pour les déplacements dans le pays.

 

Le Premier ministre a justifié ces mesures par l'augmentation des cas de coronavirus en Belgique et à l'étranger mais également par la nature du virus : "la nature du virus a changé, nous sommes dans une nouvelle phase de l'épidémie", reconnaissant néanmois que la croissance de l'épidémie n'était pas encore exponetielle mais qu'une croissance linéaire finirait par avoir des conséquences graves sur la prise en charge des soins de santé.


Les gouvernements ne souhaitent pas prendre de risque et proclament donc une "pause pascale" de quatre semaines, tout en sachant la levée des mesures reste conditionnée à l'évolution de l'épidémie.



Julie Fohal - Frédéric Feller