Avant Bastogne, le groupe Verbist déjà hors-la-loi

 Publié le vendredi 20 avril 2018 à 16:57    Bastogne

En 1995, quand la société Verbist reprend l’abattoir de Bastogne, le monde politique luxembourgeois pousse un « ouf » de soulagement. On a sauvé la filière créée quelques années plus tôt et qui vise à faire de l’éleveur luxembourgeois un engraisseur. Mais n’a-t-on pas délibérément ignoré des signaux importants ?






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus