Info

Aubange. Mobilisation citoyenne pour aider les transmigrants

video loading
loading video
 Publié le mardi 01 juin 2021 à 17:22 - Mis à jour le mardi 01 juin 2021 à 17:57    Aubange


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


L’histoire a suscité l'admiration de nombreux internautes la semaine dernière. Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, quatre jeunes ont sauvé une vieille dame des flammes à Aubange, avant l’arrivée des pompiers. Parmi eux, un migrant soudanais qui n’a pas hésité une seconde à prêter main forte à cette sexagénaire, au péril de sa propre vie. Un bel exemple de courage et de solidarité, en réponse aussi à la solidarité qui s’organise autour des transmigrants sous la coordination du collectif Joli-Bois Aubange-Messancy.


Adam, jeune soudanais de 25 ans, s'est illustré par son courage. Un geste naturel pour ce jeune homme. Arrivé en Belgique en 2017, il a tissé des liens forts avec des habitants de la commune. C'est le cas de Géraldine, l’une des membres actives du collectif Joli-Bois Aubange Messancy qui l'héberge depuis le mois de décembre dernier.

Dans ses albums, Géraldine conserve les souvenirs partagés avec chaque transmigrant qu’elle a aidé en tout légalité. D’autres familles font de même. Mais en cette période de crise sanitaire, le collectif a pu aussi compter sur le soutien du club de foot d’Athus qui a mis à disposition ses installations.


Dans le Bois d’Aubange, un campement a été installé par le collectif en accord avec la police, la commune et le DNF. La nuit tombée, les transmigrants tentent leur chance, sur l’aire d’autoroute située en contrebas, dans l’espoir d’embarquer dans un camion destination l’Angleterre. En attendant, ces sont les bénévoles du Joli-Bois qui viennent leur apporter de quoi vivre, grâce à une solidarité bien organisée.

Le collectif lance d'ailleurs régulièrement un appel aux dons via sa page Facebook. Quatre points de collecte ont également été identifiés sur la commune d'Aubange pour venir en aide à parfois près d’une quarantaine de migrants.