Info

A pied d'oeuvre pour réparer les dégâts sur le rail

video loading
loading video
 Publié le lundi 19 juillet 2021 à 16:00    Nassogne

Les inondations de la semaine dernière ont engendré de gros dégâts sur le réseau ferroviaire un peu partout en Wallonie. La ligne 162, Bruxelles-Luxembourg a été fortement touchée. Dès vendredi, Infrabel a pu constater les dégâts et les premiers travaux de réparation ont démarré.

Les images sont impressionnantes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, en plein cœur des intempéries, ce tronçon de voies entre Forrières et Grupont a subi de très gros dégâts.

Isabelle De Poï, Manager Infrabel zone Jemelle : « On est à côté d’une pêcherie qui a débordé. Le petit ruisseau à côté est devenu un torrent fou furieux. Tout le sous-bois a glissé sous nos voies sur environ 300 mètres. Il a emporté des massifs caténaire, pas mal de ballast, la sous-couche de fondation. De surcroît,… vers deux heures du matin, un train voyageur à vide est arrivé à 120 kilomètres/heure et a percuté des arbres qui avaient glissé dans la voie ».

Arrivé sur le coup de treize heures, c’est ce train de secours venu de Quinquempois qui a pour mission de remettre le train sur les rails. L’opération va nécessiter plusieurs heures de travail. En revanche, la réparation des voies va prendre elle entre deux et trois semaines. Les équipes sont à pied d’œuvre depuis vendredi. Les fondations des massifs caténaires endommagés ont été réparées dans l’urgence. Avec l’appui de la SOCOGETRA, des empierrements ont été livrés rapidement  pour reconstruire la plateforme endommagée.

Isabelle De Poï : « On est obligé après de démonter les deux voies (rails, traverses, ballast) poure remplacer le ballast qui a été totalement contaminé par les terres qui ont été drainées depuis le sous-bois… ON doit, au total, renouvelé 700 mètres de voies (350 mètres sur chaque voie)».

De nombreux ouvriers d’Infrabel ont spontanément interrompus leurs congés pour assurer la reconstruction, tout comme ceux des entreprises privées actives sur les chantiers ferroviaires, comme la société Jérouville.

Natacha Jérouville, Administrateur Délégué SA Jérouville : « On était en congé depuis une semaine déjà et dès qu’on a vu les dégâts qu’il y a eu, on a fait appel à tous les hommes. On a demandé qui voulait bien venir travailler ».

Ici ce ne sont pas moins de 3500 tonnes de ballast et 1200 traverses qui vont devoir être remplacés. On fait au plus vite pour que le trafic voyageur, mais aussi marchandise puisse reprendre. Le planning théorique prévoit la réouverture du tronçon entre Rochefort-Jemelle et Libramont le lundi 9 août.