Théâtre

Après deux années de confinement, Hamlet revient sur scène

video loading
loading video
 Publié le mercredi 09 fevrier 2022 à 16:35 - Mis à jour le mercredi 09 fevrier 2022 à 17:20    Arlon

Ces lundi et mardi à Arlon, les comédiens des Gens de Bonne Compagnie ont repris leur tournée stoppée net le 13 mars 2020, et ont enfilé les costumes d'un Hamlet plus rock&roll et contemporain que jamais. 


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Deux années. Il a fallu patienter deux longues années avant de revoir sur scène les comédiens des Gens de Bonne Compagnie enfiler les costumes d’Hamlet et embrasser l’œuvre shakespearienne. "L'annonce nous était tombée dessus quelques heures avant, c'était le 13 mars 2020 à Bertrix, se rappelle le comédien Gaël Soudron. On ne savait pas du tout quand on allait pouvoir reprendre."

La tournée a donc repris ces lundi et mardi sur la scène de la maison de la culture d'Arlon, devant quelque six cents jeunes étudiants de la région, un nombre revu à la hausse suite aux derniers assouplissements sanitaires.
Deux bonnes semaines ont été nécessaires aux comédiens pour se remettre dans le bain et réajuster les jeux, d’autant que certains rôles ont dû être repris. "J'ai vu seulement un fois l'enregistrement de la pièce, confie Camille De Lieu. Mais comme notre metteur en scène travaille sur l'énergie et les propositions des comédiens, cela laisse une certaine liberté. Et Manu (Emmanuel Dekoninck, ndlr) prend ce qu'il trouve juste pour le personnage."

Hamlet plus actuel que jamais

Redécoupée, réécrite, ramenée de 5h à 1h30, incisive et rythmée par des reprises de David Bowie, sous la plume d’Emmanuel Dekoninck, s’offre au public un Hamlet taillé sur mesure pour Mustii, le chanteur, Thomas Mustin, le comédien.  Un Hamlet, contemporain, rock'n'Roll, plus accessible que jamais à un public ado…

"C'est bien remis à jour. La musique apporte du peps qui redonne vie à cette vieille pièce". "J'ai adoré. On n'a pas vraiment l'habitude de voir des pièces comme ça". "Je m'attendais à un théâtre classique, or j'ai adoré originalité,  la musicalité", témoignent de jeunes étudiants. "Pour les jeunes, Shakespeare ça évoque tout au plus Roméo et Juliette, avance Cloé Alfonso, professeure d'anglais à Arlon. Or une pièce revisitée de telle manière, plus moderne, ça leur parle plus..."

Plus difficile mais plus vrai, le public ado

Au terme des trois représentations étudiantes, s’en sont suivies quelques minutes d'échanges avec les élèves. La majorité a  apprécié. Mais de l'aveu même des comédiens, il n’est pas toujours facile de se produire devant des ados… "Ils n'ont plus la spontanéité des enfants, et pas encore l'assurance des adultes, explique Camille De Lieu. Il y encore beaucoup de pudeur. Ce sont des jeunes qui se cherchent, mais ça ne ment pas. S'ils s'ennuient on le sait tout de suite, mais s'ils sont dedans, on le sent tout de suite aussi. Et ça s'est génial." Gaël Soudron abonde : "Il faut être meilleur quand on joue devant des ados, parce qu'ils ne laissent rien passer. Ils sont cash !"  Directs, sans code, ni habitude propres au théâtre. Au point qu'il n'y aura pas un seul rappel, après le baisser de rideau... "On le sait, c'est comme ça. Ils applaudissent une fois et puis c'est tout, s'en amuse Gaël Soudron, avant d'ajouter : "Les adultes rappellent trois fois, oui, mais sait-on pourquoi on applaudit les comédiens trois fois ? "
Peu importe donc. Et que ce soit pour  un seul ou trois applaudissements, Hamlet reviendra sur scène pour quarante dates en Wallonie et à Bruxelles.


Christophe Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus